NOM D’UN TARABISCOT, VOICI LES TEXTES DES PLUMES D’ASPHODELE 2-2019

Bonjour à toutes et à tous

Voici les textes des participants aux deuxièmes PLUMES D’ASPHODELE de l’année 2019.

Dans l’ordre d’arrivée :

PatchCath  respecter les traditions
Adrienne  A comme Asphodèle
Ecri’Turbulente Le dessous des mots et des plumes
Ghislaine La criminologue
Soène  L’Etoile
Lydia La galette des rois
Carnetsparesseux Après, longtemps après la fin
Laurence Délis Le rouge de ses bottes de pluie
Nadége Entrer dans la lumière
Célestine Poulet rôti

Les mots à utiliser étaient les suivants :

 NUISETTE TRADITION TRENTE-SIXIEME FEVE NOIR TREFONDS ENVERS TARABISCOT BRETELLE MUSARDER ABONNEMENT ARCANE AFFOLER ARNAQUER
Vous pouviez en laisser un de côté, si vous le souhaitiez.

Voici ma participation juste en dessous.

Quand on aime…

Si ça continue, sa femme va croire qu’il le fait exprès ! « Profite donc de ton abonnement aux Urgences pour passer un scanner du crâne, tiens !». La blague !

Ça ne l’embête pas d’attendre. Y en a toujours un pour la ramener mais c’est par pure tradition, pour affoler les petites qui bossent, histoire de passer avant les autres ! Parce que s’il la pousse encore, la voix, c’est bien la preuve qu’il peut patienter. Comme les gamins qui ont la couronne sur la tête alors qu’ils n’ont pas la fève ! Y a un truc qui cloche, ça sent l’arnaque ! Pas besoin de connaître les arcanes du service, pour voir qu’ici les gens ne musardent pas ! Après, c’est sûr que pour lui, c’est plus facile. Il sait pour qui il est là !

Trente minutes que l’infirmière l’a mis dans le box.  À la trente-sixième, il ira jeter un coup d’œil dans le couloir. Rien à faire en plus ! Impossible de lire les infos collées au mur. On dirait qu’elles ont été mises à l’envers !

La revoir et lui dire :  Lucie, c’est moi, tu te rappelles ?.

Il l’a simplement croisé, quand il était venu la dernière fois. Tellement belle, après tant de temps…De ce qu’il croyait, elle avait quitté la région après…

Si j’avais pu te dire pourquoi, Lucie… J’étais trop jeune… Je ne savais pas ! Je t’ai aimée, tu sais ! Mais à dix-sept ans, quand on aime…

Des pas hésitent devant la porte coulissante. Il pense qu’elle réajuste sa blouse ou sa coiffure. Il se souvient de ses cheveux plein de pailles.

  • Qu’est-ce qui vous amène ?
  • Je me suis blessé avec mon tarabiscot.
  • Un tarabiscot ?
  • Une sorte de rabot…

Elle l’interroge et pianote sur le clavier de l’ordinateur, impassible. Il a beaucoup changé physiquement, c’est vrai. Mais son nom sur la liste aurait dû la faire tiquer.

  • Date du dernier rappel DTPolio
  • Il y a trois mois, j’ai dû tout refaire à ma dernière visite
  • Une attaque du tarabiscot ?
  • Une attaque du tarabiscot…

Elle sourit. Elle fait rouler le tabouret et s’assied juste en face de lui. Elle le regarde droit dans les yeux. Elle lui sourit encore. Elle a le cou long et fin des rats de l’opéra, et lorsqu’elle penche la tête sur le côté pour observer sa blessure, il aperçoit un bout de la bretelle noire de son soutien-gorge et il l’imagine dans ses bras. Il l’embrasse, la serre fort tout contre lui, la main glissant sous sa nuisette. Il lui murmure à l’oreille des mots d’excuses.
Pardonne-moi… Je n’ai jamais voulu te faire de mal…
Mais quand on aime à dix-huit ans…
Il sursaute. Il a l’impression d’avoir parlé. Elle, n’a pas bronché.

Il va falloir plusieurs points de suture. Je vais m’en occuper.

Il voudrait avaler sa salive, mais il se retient… Il est sûr que le bruit qui en ressortira trahira le tréfonds de ses pensées.

Combien ? dit-il la voix séche.

Elle ne répond pas. Elle sort un bref instant, revient avec le kit de suture. Elle le regarde en souriant et lui dit : « Quand on aime, on ne compte pas. »

Elle s’approcha l’aiguille à la main : « On se passera d’anesthésie, bien sûr... »

©Emilie Berd le 1erfévrier 2019

Prochain RDV des PLUMES D’ASPHODELE pour une nouvelle collecte le lundi 11 février.

LES PLUMES D’ASPHODELE Calendrier et rappel du règlement

CALENDRIER DES SEMAINES DES PLUMES

Totalement dépourvue de sens de la discipline (Vous allez voir, on va bien rire !), les dates ci-dessous ont avant tout pour but de me mettre la pression.

Je vous propose ces semaines de Plumes :

Collecte le lundi 14 janvier et dépôt de vos liens le vendredi 18 janvier
Collecte le lundi 28 janvier et dépôt de vos liens le vendredi 1erfévrier
Collecte le lundi 11 février et dépôt de vos liens le vendredi 15 février

Collecte le lundi 11 mars et dépôt de vos liens le vendredi 15 mars
Collecte le lundi 25 mars et dépôt de vos liens le vendredi 29 mars
Collecte le lundi 8 avril et dépôt de vos liens le vendredi 12 avril

Collecte le lundi 6 mai et dépôt de vos liens le vendredi 10 mai
Collecte le lundi 20 mai et dépôt de vos liens le vendredi 24 mai
Collecte le lundi 3 juin et dépôt de vos liens le vendredi 7 juin
Collecte le lundi 17 juin et dépôt de vos liens le vendredi 21 juin

Je précise ici, bien qu’il s’agisse d’une évidence, que ce calendrier serait nul et non avenu au moindre souhait d’Asphodèle.

RAPPEL DU REGLEMENT

Dans les grandes lignes…

Collecte des mots :
Vous déposerez un mot inspiré par le thème ou une phrase que je vous soumettrai dans un billet, le lundi de 6h00 à 20h00.
Le mot existe et, pour preuve, est référencé dans un dictionnaire connu, les sites internet ne faisant pas foi.
Le mot est commun, ce qui, de fait, exclut les noms propres.
Le mot peut être simple ou composé et peut, dans les textes, être accordé en genre et en nombre (donc, conjugué pour un verbe).

Lorsque vous laisserez le mot, merci de l’écrire en MAJUSCULES, afin de lever tout doute.

Je déposerai trois mots commençant par la même lettre.

Le thème soumis n’est utile qu’à la collecte des mots, et ne constitue pas une contrainte d’écriture.

Participation :
Selon les mots d’Asphodèle, « N’ont le droit de laisser un mot que ceux qui s’engagent à participer au moins une fois à l’atelier et ceux qui ont déjà participé ».

Rédaction des textes et dépôt des liens
Je vous remercie de déposer vos liens avant le vendredi 20h00.
Vous pourrez les laisser en commentaires de la publication récapitulative de la collecte du lundi.
Les personnes souhaitant participer et n’ayant pas de blog peuvent m’envoyer leur texte par email et je m’occuperai de leur publication.

Vous retrouverez le règlement complet chez Asphodèle.

À très vite

 

Je reprends LES PLUMES D’ASPHODELE… Vous me suivez ?

 

Parce que cet atelier m’a remis la plume dans l’encrier
(Ne cherchez pas, ce n’est pas une contrepèterie…)

et avec l’accord de La Grande Prêtresse,

 je vous propose de reprendre temporairement Les Plumes d’Asphodèle…

 

Même nom

Même règlement (dont je vous ferai très vite un rappel mais que vous pouvez retrouver ici )

Rythme à voir selon votre enthousiasme mais possiblement bimensuel. Hors vacances scolaires évidemment à moins que je trouve un moyen de perdre les Mambos…

Première collecte de mots lundi 14 janvier de 6h00 à 20h00 selon un thème ou une phrase que je vous aurai donné.

Ça vous dit ?

 

Emilie

Source GIF: giphy.com

Photo : pinterest.fr

I WANT TO BELIEVE…

« C’est le cœur tourmenté que je vous écris cette lettre, même si je fais des efforts en surface pour ne rien laisser paraître…
Lorsque j’ai appris cette nouvelle qui, je vous avoue, me glace, j’ai d’abord laissé la place sur mes joues et sur mes lèvres au sillage de mes larmes, pour me laver de ce mauvais rêve.
Et, dans cette tempête, bouleversante et amère, j’en ai beaucoup voulu à ma mère dont les mensonges et l’hypocrisie m’ont écartée du doux chemin de mon enfance. Pourtant quand j’y pense, je m’en doutais un peu… La Terre est immense et vous étiez si vieux !

Il y a des questions à conserver sous clef pour croire aveuglément, mais c’était trop tard, j’avais demandé à Maman et mes illusions se sont évadées comme mes yeux ont fuit !
« Et le lapin de Pâques ? Et la petite souris ? »
Il paraît que l’on peut parfois retrouver la magie, lorsque plus grand, on laisse croire aux petits les mystères de votre existence… Si, désormais mes listes seront bien plus habiles à mettre sous le sapin des cadeaux d’importance, les choses se présentent de plus en plus fragiles…

Cher Père Noël, avec tant de nostalgie, je regarde en arrière et pour tous ces beaux moments que nous avons passés, je jure de garder le secret ! Croix de bois, croix de fer…

Toutes les belles histoires ont une fin, assurément… Tiens ! Je demanderai ce soir, pour le Prince Charmant ! »

©Emilie BERD 5 octobre 2018

Je voudrais te dévaster d’amour de Andrée SODENKAMPF

Je voudrais te dévaster d’amour
comme les cigales mangent les champs
et que tu sois nu de toi-même
et qu’il n’y ait que moi pour te recouvrir.
Tu ne saurais plus
où tu commences, où je finis.
Emmêlés dans la chair et l’esprit,
brûlés vifs l’un sur l’autre,
se riant du plaisir
comme les enfants, l’hiver,
qui ont enfin chaud
dans la chambre chaude.

Je veux être aussi
le chemin après l’amour
mouillé d’ombres légères
que tu puisses t’avancer en moi.

Je voudrais te dévaster d’amour de Andrée SODENKAMPF ( C’est au feu que je pardonne Ed.André de Rache) avec lequel je poétise et termine le défi du Printemps des Poètes sur l’idée de Gwenaëlle.

Illustration 1 : La Valse de Camille Claudel
Illustration 2 : Le Baiser de Auguste Rodin
Source : Pinterest

L’arbre de Jacques CHARPENTREAU

Perdu au milieu de la ville,
L’arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les parkings, c’est pour stationner,
Les camions pour embouteiller,
Les motos pour pétarader,
Les vélos pour se faufiler.

L’arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les télés, c’est pour regarder,
Les transistors pour écouter,
Les murs pour la publicité,
Les magasins pour acheter.

L’arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les maisons, c’est pour habiter,
Les bétons pour embétonner,
Les néons pour illuminer,
Les feux rouges pour traverser.

L’arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les ascenseurs, c’est pour grimper,
Les Présidents, pour présider,
Les montres pour se dépêcher,
Les mercredis pour s’amuser.

L’arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Il suffit de le demander
A l’oiseau qui chante à la cime.

 

Jacques CHARPENTREAU

Avec lequel je poétise sur une idée de Gwenaëlle.

Le ciel est, par dessus le toit de Paul VERLAINE

La maison de Docteur Gachet à Auvers Cézanne

Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu’on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

– Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

Paul Verlaine in Sagesse avec lequel je poétise aujourd’hui sur une idée de Gwenaëlle.

LES ENFANTS QUI S’AIMENT de JACQUES PREVERT

Les amants MAGRITTE Source : Wikipédia

Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s’aiment
Ne sont là pour personne
Et c’est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage leur mépris leurs rires et leur envie
Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l’éblouissante clarté de leur premier amour.

Jacques Prévert in Spectacles avec lequel je poétise aujourd’hui sur une idée de Gwénaëlle.

Le dernier poème de Robert DESNOS

Lumière et couleur de Turner

J’ai rêvé tellement fort de toi,
J’ai tellement marché, tellement parlé,
Tellement aimé ton ombre
Qu’il ne me reste plus rien de toi.
Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres,
D’être cent fois plus ombre que l’ombre,
D’être l’ombre qui viendra et reviendra
Dans ta vie ensoleillée.

Robert DESNOS avec lequel je poétise aujourd’hui sur une idée de Gwénaëlle.