L’EFFET REVERBERE

 – On ferme ! Dehors ! hurla la patron du bar.
Il avait bien son compte, car, en ni une ni deux, le voilà sur la chaussée trempée !
On ne l’y reprendra plus ! Il ira dépenser son liquide ailleurs ! Puisque c’est ainsi qu’on traite les clients ici, il se fait la belle, cahin caha !
La nuit est noire.
Il allume une Chesterfield, et tant bien que mal, avance sur le trottoir.

Guidé par les lampadaires stoïques, quoique, si l’on tend l’oreille plutôt méprisants :
Regarde celui qui arrive, dit l’un
Il n’a plus la lumière à tous les étages, répond l’autre
Il ne marche pas droit, celui-là
Il s’en est mis plein la lampe, tu veux dire !

La fumée de cigarette lui retourne l’estomac comme une barque (bien trop chargée) en plein Atlantique ! Ce mal de mer provoque un hoquet évocateur dont l’effet émétique surprend pourtant toujours son auteur.

Ben voyons !
Il n’est plus que l’ombre de lui-même !

À peine remis de son lavage gastrique, il s’approche, les deux mains en avant, d’un de compères statiques et se vide la vessie !

Voilà donc qu’il m’a pris pour une lanterne !, grommelle la victime arrosée.

Une fois soulagé, il enlève sa veste souillée avec l’idée nauséeuse de dormir sur le banc.
Il entend ses clefs sonner sur le bitume et tente péniblement de les retrouver lorsque la gravité le rappelle de tout son long sur le sol. Il rampe jusqu’au réverbère suivant et l’entreprend, dans un délire, une sorte de séduction pathétique, enlaçant son unique pied de ses bras et le suppliant de lui rendre son Sésame.

La proie, pétrifiée, et ses acolytes assistent à la scène, contraints et forcés, tout en  poursuivant leurs commentaires :
Que n’ai-je été veilleuse d’appartement pour éviter de subir ce genre de comportement?
– Faut quand même pas pousser ! Pourquoi pas dans la tête d’Archimède pendant qu’on y est !
– Ou au talon d’Achille
– Vous me prenez vraiment pour une ampoule, n’est-ce pas ? Mais je n’en peux plus de ces spectacles de rue ! Je suis un personnage important, moi !    L’éclairé public, c’est, moi ! »

Après de longues minutes, l’homme dont l’état général ne s’est guère amélioré, recouvre néanmoins assez d’esprit pour se hisser jusqu’au banc ! Assis enfin, il souffle un peu, lorsque l’apparition d’un génie tout droit sorti des Contes des Mille et Une Nuits, le fait sursauter !
Maître, lui dit la créature, je suis le génie du lampadaire que tu as frotté ! Maître, tu m’as libéré ! En signe de gratitude, je t’accorde trois vœux !
L’ivrogne n’en croit pas ses yeux !
D’un bond, dessaoulé, il se met debout, et prend ses jambes à son cou, en se jurant que dès le lendemain il arrêterait le djinn !

© Emilie BERD 18 mars 2019

Ecrit pour l’Agenda Ironique de mars 2019 hébergé par Les Dessous des mots.

Ce mois-ci, il était proposé d’écrire un texte sur le thème « Lampadaire » en utilisant quatre mots imposés :
– Chesterfield
– Émétique
– Atlantique
– Évocateur

25 réflexions au sujet de « L’EFFET REVERBERE »

  1. Ping : Agenda Ironique de Mars de l’An 2019 | Le dessous des mots

  2. Ping : Agenda Ironique Mars 2019 – Voter | Le dessous des mots

  3. Ping : Quinze lampadaires en mars | Carnets Paresseux

Répondre à iotop Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.