WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS

En imaginant que sous l’effet d’une légère fièvre ou de l’angoisse d’une traversée aérienne transatlantique imminente, je sois prise d’un nouveau délire… Du genre « je condense mes poèmes pour ébaucher un recueil et envoyer un manuscrit… Rien à foutre !!!« 

Premier problème : Qu’est-ce donc que cette chose, un recueil de poèmes ???
Un bouquin qui, s’il a de la chance, ramasse la poussière sur un rayon de librairie tout petit et très éloigné de l’entrée des clients. Certes… Mais, ce n’est évidemment pas une ambition de succès, de célébrité ou encore de droits d’auteur mirobolants qui me motive (Légère fièvre, je vous ai dit, j’ai pas 40 degrés non plus !!!)
Mon jumeau astral m’a bien précisé qu’il fallait un fil conducteur… Admettons que j’en ai un.
Y a-t-il un nombre minimal de poèmes règlementaire pour faire un recueil ?
Peut-on mélanger la prose, les histoires poétiques (la prose avec une vraie fin), les vers et le moderne (celle qui est en vers et ne rime pas), sachant qu’une telle catégorisation me contraindrait à l’acquisition d’un précieux volume de « La poésie pour les nuls » ?
S’agissant de poésie, les textes doivent-ils être inédits ou puis-je puiser dans ceux que j’ai posté sur mon pauvre blog ?

Deuxième problème : Qu’est-ce donc que cette chose, un manuscrit ??? J’imagine bien qu’aujourd’hui on n’est plus obligé de l’écrire à la main (Pitié, sinon je vire le Mac manu militari !).
Faut-il donner un titre ? Parce que rien que là, je dois dire que je suis embarrassée et que, par un mystère étrange, ça remet en cause mon fil conducteur (ça, après tout, hein ?! Bref…)
Je sais, grâce à MTG, qu’il faut faire une lettre de présentation… Quelle forme doit-elle respectée ?

Je jette cette bouteille à la mer parce que je sais que certains d’entre vous ont sauté le pas. Et croyez-moi de là où je suis, que ce pas ait abouti ou non, cela est selon moi, la preuve d’un grand courage…

Je ferai feu de tout conseil, initié ou inspiré…Et puis, ça me gonfle de procrastiner…Alors de le dire un peu plus haut et un peu plus fort (NB : Sur mon blog confidentiel :D), peut-être que ça me mettra le nez dans ma m….! 🙂

Pour ceux qui voudront continuer, (comme MTG, Martine, Carnets…), ou commencer à m’aider (par mail, FB, MP Messenger ou sur le blog), gardez bien en tête qu’une réponse à l’une ou l’autre des questions ci-dessus, en plus de me faire un énorme plaisir, provoquera automatiquement une avalanche de questions subsidiaires…

À bon entendeur…MERCI de tout coeur! ❤ ❤ ❤

18 réflexions au sujet de « WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS »

  1. bon, déjà, Joe Cocker est un excellent choix de bande son !
    quant à tes questions, hé bien je lirais les réponses des autres avec plaisir, parce que je n’en sais fichtre rien 😦
    si, un truc : jette un oeil aux bouquins des éditeurs à qui tu envisages d’apporter ton oeuvre ; sélectionne ceux dont la démarche te plait (la démarché éditoriale, pas le déhanché) ; et dont les livres te plaisent : papier, mise en page, couverture, aussi bien que style de textes et de poèmes. ça te dira aussi combien de poèmes ils mettent dans un bouquin, quel genre de titre ils aiment bien…; et chez un éditeur, dans quelle collection tes poèmes pourraient coller.
    Une fois que tu en as débusqué quelque z’uns qu’il te plairait de rejoindre, dis-le leur dans ta lettre (jouer sur l’égo ça marche toujours ; en tout cas, « j’aime beaucoup bidule que vous publiez et j’apprécie le soin que vous mettez à réaliser une mise en page remarquable » devrait mieux passer que « je vous écris parce que vous êtes dans l’annuaire »)

    et puis reviens nous dire comment ça c’est passé 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour ! Si vous voulez faire un recueil de poésies alors n’y mettez que des poèmes. Un titre alléchant est toujours de mise ! Pensez aussi à préparer une 4ème de couverture qui donnera une idée succincte de vos écris. Sinon il n’est pas interdit que vous repreniez des poèmes déjà publiés sur le Net. Bon courage pour la suite 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Carnets… Lorsque je lis un règlement de concours de poésie, j’en perds mon latin : je sais pas ce que c’est les hiatus, synérèses, diérèses…Et même si je sais vaguement ce qu’est une césure et le respect du « e » muet… Honnêtement… Je fais pas tout ça… Et ce que j’écris n’est même pas libre, parce que ça rime, plus ou moins suffisamment, mais ça rime…
      Et la prose que je fais, n’est pas de la prose poétique proprement dite parce qu’il y a une fin généralement… Pas toujours mais en général…
      Comme j’écrivais en comm à Monesille il y a longtemps, j’écris des poèmes comme on fait une crêpe au sucre : T’as de la pâte à crêpes, t’as du sucre, tu fais une crêpe au sucre… T’as des mots, t’as du rythme, tu fais un poème… Ce que je recherche personnellement (au-délà du jeu avec les mots et l’émotion 😉 ) c’est le rythme…
      Au fond, ce n’est peut-être pas de la poésie…
      Mais bon, je vais en tenter un, ça coute rien (ou pas grand chose…)
      Les revues, je n’y avais pas pensé…
      Merci encore
      Bises

      Aimé par 2 personnes

      • Comme tu dis, la poésie c’est une attention au rythme et au son des mots (sans oublier le sens, bien sûr) ; après, il y a des mots savants pour désigner ces trucs qu’on fait très bien sans savoir comment ils s’appellent. Je suis certain qu’il existe tout un lexique cuisinier pour désigner les ustensiles crépiers et les formes de crépe…..
        Dans le cas d’un concours, laisse le soin au jury de savoir si tu as fait une diérèse ou passé un « heumuet ». Au pire, s’ils sont coincés et formalistes ils te disqualifient et tant pis pour eux 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. Rhooo, mais c’est génial ça…punaise tu devrais t’offrir un petit pré voyage en avion , comme ça, la même journée, un AR…histoire de !
    Tu me cites et tant mieux, mais je suis le moins qualifié pour te répondre sur le sujet…mais oui, il faut un titre ça c’est certain, un fil conducteur, et c’est mieux si tu fais une petite présentation, une note d’intention. Ce que je pourrais te conseiller c’est d’aller voir dans plusieurs grandes librairies (ou pas si grandes d’ailleurs), le rayon poésie. Tu verras qu’il y a des recueils très petits, mais vraiment très petits, et des plus gros et que les formes sont très variées…il y a des tas d’éditeurs inconnus du grand public. Il te faudra d’ailleurs sûrement faire un tri , en sélectionner certains qui te semblent mieux correspondre à ce que tu fais !
    Sur la première page tu pourrais même mettre une citation d’ Emily. B….
    Bref je t’encourage encore plus et un blog n’est pas de l’édition donc tous tes poèmes déjà publiés sont inédits d’un point de vue de l’édition.
    Allez hop, ou zou…tu peux réussir à publier, tu as l’envie, la matière et le talent…et comme il n’y a pas d’enjeu commercial comme un autre produit culturel, ça vaut le coup d’essayer.

    Aimé par 1 personne

  4. Fonce ! Quand l’idée commence à émerger, des aventures comme celles-ci il faut les vivre ! (sinon on finit avec des regrets)
    Maintenant, attends-toi à un parcours du combattant. C’est un travail en amont long et fastidieux. Prends le temps de bien regarder les maisons d’éditions qui te semblent correspondre à ce que tu souhaites publier. Si tu vis en province,jette un oeil sur les maisons d’éditions locales et indépendantes. (Elles valent souvent le détour)
    Si les textes que tu souhaites publier sont déjà sur ton blog, je te conseille de les enlever avant de les proposer à une maison d’édition. Pour le titre, ne t’inquiète pas trop, généralement c’est le boulot des éditeurs. (mais certaines maisons tiennent compte de l’avis de l’auteur aussi :))
    Bon courage Emilie !

    Aimé par 2 personnes

  5. Tu as le choix entre un recueil auto édité, et un recueil édité par un éditeur !
    Les éditeurs, tu fais un recueil pro-format tapé proprement à l’ordinateur et tu l’envoies à TOUS les éditeurs que tu peux identifier. Ca c’est un peu le gros lot de la loterie…quand tu gagnes, (je ne parle pas des sous, en général les premières fois ça rapporte des nèfles !)
    Ensuite tu peux auto éditer ça coute un peu des sous (mais tu peux faire une souscription, si, si comme les chanteurs grégoire, etc, on peut le faire aussi en livre (martin-lugand je crois a commencé comme ça) )et ensuite tu vas démarcher les libraires avec ton petit livre sous le bras, l’avantage, un c’est sur que tu vois un jour le recueil sous forme papier, et je t’assure que ça fait drôlement chaud au coeur, deux tu finis par connaître plein de gens, mais faut en avoir dans le pantalon !
    Bisous bon courage et si tu as besoin d’autres conseils…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.