L’amour rend aveugle

Les lèvres sont serrées, un peu crispées parfois.
Même un sourire léger s’esquisse du côté droit.
À bien des endroits et dans combien de bouches
Démange cette loi, cette épée qui fait mouche.

Au creux de l’estomac, gonfle le mensonge
Et remonte d’en bas, ce goût amer qui ronge.
Une sale habitude, un vide plein de bon sens
Peut-être la solitude en légitime défense…

Ou des cœurs si las…Aux larmes artificielles…
Aux Eden sans éclat autre qu’industriel
Des âmes si usées que l’amour y ruisselle
Dans de tristes travées au tracé rationnel…

Pourtant si c’était vrai… et s’ils avaient raison !
Si cette cécité était la seule rançon…
Qu’on m’arrache les paupières, et qu’on les piétine
Pour laisser cette lumière me cramer la rétine !

Séduite et ardente, je reconnaitrai ta voix.
Et cette vie perçante sera ma vue à moi.
Eblouie mais à toi, je ne lirai rien de plus beau
Que, du bout des doigts, la douceur de ta peau.

Ma nuit et tes rêves seront ma seule maison.
Oui ! Qu’on me les crève ! J’irai bien à tâtons !
A moins que sur cette voie, tu assures mes pas,
Les aveugles sont rois, dans ce royaume-là.

©Emilie BERD 22 février 2018

 

19 réflexions au sujet de « L’amour rend aveugle »

    • Merci beaucoup Valentyne
      Avant « l’amant », j’ai lu Belle du Seigneur, L’amant de lady Chatterley et l’insoutenable légèreté de l’être. Je pense que ce doit être un mélange des trois.
      Gros bisous

      J'aime

        • Mais enfin, MTG… Tu m’as conseillé de le lire et je l’ai lu…Suis pas compliquée, moi! 😀 😀 😀
          J’avoue l’avoir bien aimé…Et Connie n’a pas ce côté nunuche que l’on retrouve souvent dans les personnages féminins fous d’amour. Au contraire, cette femme est brillante, intelligente. Elle est folle amoureuse mais elle sait ce qu’elle fait, ce qu’elle va faire et comment elle va le faire… Entre ça et la fin, c’est une véritable surprise dans le genre…Enfin, de ce que j’en ai lu…
          Maintenant, je ne sais pas si j’enchaine (après avoir terminé tant bien que mal L’amant) sur 37,2 ou sur Trisan et Iseult…
          Bisous

          J'aime

  1. Aveuglement de l’esprit, certes, mais sûrement pas absence de cœur !
    C’est une cécité non dénuée de clairvoyance, Émilie, j’admire cette prodigalité des idées et cette passion amoureuse qui coule à profusion !
    Pour ma part, l’avant-dernier quatrain a particulièrement retenu mon attention, tant il évoque la puissance des sentiments.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.