DECEMBRE

 

Dans trois jours, trois tout petits jours (francs ! Je précise pour les puristes), nous sommes le 1er décembre. Et j’avoue qu’à cette idée, je sautille comme une puce !
Parce que, allez savoir pourquoi, j’adore le mois de décembre… Si je me laissais aller, je pourrais dire haut et fort que c’est le mois de l’année que je préfère…
J’entends déjà certains émettre des hypothèses ayant un rapport avec ma blondeur… Ceux-ci, je m’empresse de les rassurer ! J’ai, avec le temps, de plus en plus de doutes sur l’existence du Père Noël, même si, je dois bien le reconnaître, je l’attends toujours…
J’ai essayé de comprendre pourquoi décembre me plaisait tant. De prime abord, ce n’est pas le plus fou… Les jours rapetissent, la lumière va faire un tour… La température baisse…On finit ruiné…
Et, soudain, m’est apparue cette évidence : Décembre est le mois de la métamorphose !

Tenez, les enfants, par exemple… On ne les reconnait plus (Enfin, je parle des miens…C’est vrai que j’ai tendance à généraliser à partir de mon seul échantillon. Personnellement, je les trouve pas mal, pour autant je ne suis pas certaine que, et ce en raison de leur nombre, ils soient vraiment représentatifs…)

Mes enfants, donc, je ne les reconnais plus ! D’écoliers paresseux, ils passent à écrivains compulsifs… Alors que, d’habitude, il faut suer sang et eau pour leur faire écrire une ligne, là, Ô miracle… Aucun cri, aucun conflit : il faut bien envoyer la fameuse liste au Père Noël, cette prière à l’esprit si peu sain de la consommation…
Combien de pages noircies avec tant de dévotion jonchant le sol (Je ne suis pas une fée du logis, et je m’en explique ici), éparpillées sur la table à manger alignant des vœux à en perdre la tête (et, en même temps, l’oreille de son banquier) ? Pourquoi après l’école, ces petites mains laborieuses, ces cerveaux si inspirés ne daignent pas jeter un œil sur leurs cahiers de devoirs ?

J’exagère… Parce qu’en décembre, je l’admets, les enfants font leurs devoirs : ils obéissent… Au son d’une phrase unique, discréditant toute autorité et, c’est un paradoxe, malgré tout efficace…
Que l’enfant croie que les objets de ces désirs sont fabriqués par des petits lutins verts et rouges, ou qu’il soit au courant des circonstances bien plus sombres de leur fabrication, il y a la formule magique : « Le Père Noël te regarde… Et si, tu (au choix : ne finis pas ton repas, ne range pas ta chambre, ne pose pas cette tablette, ne baisse pas ce couteau, etc…) ne m’écoutes pas, tu n’auras pas de cadeau… »
Et là, en général, l’enfant s’exécute…C’est génial… (Enfin, si je mets de côté Mambo 3 qui noie sa soupe dans ses larmes de peur que le Père Fouettard ne vienne la voir… Soit dit en passant, elle termine son assiette !)

Pour la télé, c’est du pareil au même… Sans menace…
Les mambos, je ne vous le cacherai pas plus longtemps, sont accros à l’écran… « Attends, mais Maman, si tu me prives d’écran, mais je suis au bout de ma vie ! » (« Au bout d’ma vie », belle expression ! Elle existe aussi sous la forme « Au bout d’ma life ». Elle a remplacé le mot « ultime » que mon fils utilisait en ponctuation… De sorte qu’à la fin, tout était « ultime ». Désormais, l’expression consacrée pour l’émotion suprême, c’est « au bout d’ma vie », ça marche pour la joie, la honte, le chagrin, l’excitation… « The » type d’expression qui t’appauvrit le vocabulaire en quatre mots, genre… Je m’égare…)
En décembre, mes enfants refusent d’allumer la télé… Trop de pub ! Leur série préférée qui durait 25 minutes, fait maintenant plus d’une heure à cause des coupures… Ils n’en peuvent plus… Trop fatigant pour eux…
Alors, c’est sûr que même si je suis en train de bouquiner tranquillement, les paupières lourdes, pas très loin de la sieste, lorsque j’entends Mambo 2 se plaindre et Mambo 3 chanter pour la énième fois un slogan (à filer des sueurs froides), je me lève. Je les autorise à éteindre la télé… Je cherche le CD de chants de Noël et je commence le gavage…
Ce n’est pas grave… En fait, c’est merveilleux : les enfants deviennent raisonnables, et ce par la force des choses…ou plutôt des virus… Les premiers frimas arrivent… les premiers rhumes, les gros, se pointent, anéantissant la moindre velléité de turbulences chez les moins de 15 ans et faisant de ma carte vitale une vraie carte de fidélité. (L’année dernière, j’ai même pensé à inviter ma pharmacienne au repas de Noël. Je la voyais tous les jours, ça crée des liens.)

Le repas du 25 : l’objectif (ultime) de Décembre qui porte en lui quelque chose de fabuleux : on a le droit d’être gourmand.
Les bonnes résolutions, prises en janvier (logiquement), durement tenues (sauf pendant les vacances parce que hé, ho, hein !) se muent en une sorte de résignation, en une série de « A quoi bon… ».
« A quoi bon » faire du sport… « A quoi bon » faire attention… « Avec les agapes qui nous attendent ! » Après tout, exit les maillots de bain deux-pièces et les mini-jupes ! On est juste au début du port obligatoire de la doudoune bien rembourrée… « On a toute l’année, non ?! »

Et je vais vous faire une confidence…Ce que j’adore par-dessus tout, ce sont les dimanches ! Le reste de l’année, ces jours-là, je les passe à la recherche d’une corde pour me pendre… Tout est fermé… Tout est triste… Sans vie… Comme un mois d’août…
En décembre, les dimanches n’existent plus! Ils se sont tous changés en samedis. Les rues sont illuminées, les vitrines des magasins splendides. Tout ça, d’un coup de baguette marchande…

En décembre, tout se transforme !

Plus rien n’est comme en novembre et ne sera comme en janvier. La mandarine a l’odeur de Noël et en devient un souvenir nostalgique, un peu ce que la madeleine est à Proust ou ce que le mojito est à Cuba…
Mais surtout, en décembre, il y a parfois de la neige… Un peu, beaucoup, passionnément…Toujours assez pour que les adultes redeviennent des enfants…

©Emilie BERD 27 novembre 2017

 

Ma demoiselle

 

Quand tu es sortie de ta bulle, ma Belle,
Il y avait déjà au fond de tes yeux,
Cette minuscule étincelle,
Que s’échangent les amoureux
Lorsqu’ils se disent qu’ils s’aiment.

Avec ton air, ma Line, dans la lune,
Tu avances pourtant si sûre de toi…
Parfois trop pressée ma Prune…
De tracer enfin ta voie,
De cueillir l’or que tu sèmes…

Il y a tes poupées qui font la poussière.
Les images ont disparu de tes lectures.
Ce sont désormais les posters
Qui ont recouvert les murs
De ta chambre d’enfant.

Et s’esquissent, dans ton regard qui brille,
Ou bien dans la mèche repoussée par ta main
Les allures de jeune fille,
Les joies et les chagrins
Des lendemains adolescents…

©Emilie BERD 24 novembre 2017

AZUR

Des volutes vrillent et volent dans un souffle glacé…
L’hiver s’avance, insolent. Le vent lui ouvre la voie.
Les fissures de ma terre, fragiles, sont déjà tracées,
Eventrées dans un lourd fracas. Là, tout devient froid.

Soudain, plus rien ne s’affole. Le silence s’esquisse.
Pour un court instant, l’air même semble en suspens,
Avant que le tonnerre mette le ciel au supplice,
Qu’il ne le passe à tabac de ses coups de feu ardents.

Les fumées du sous-sol fendent l’ombre effrayante.
Un parfum de fer et de sang progresse en surface.
Le désordre et l’enfer en dessous s’impatientent !
La lumière flotte en éclats de verre dans l’espace.

Quelques flammes, frivoles, valsent, rouges d’ivresse,
Et embrasent en dansant, par leurs baisers fébriles,
Les feuilles éphémères qui cèdent sous les caresses.
Elles dévorent, fervents soldats, ces prises si faciles.

Le monde dégringole, s’enfonce dans cet abîme.
S’assombrit en s’offrant à ces démons rebelles.
Quand du gouffre grand ouvert, une main s’anime.
Un ange me tend ses bras. C’est l’azur qui m’appelle.

©Emilie BERD 10/11/2017