VENT

Je l’entends là flânant le long des fenêtres
Et des murs,
Fouillant quelques fissures,
Pour qu’enfin sa rôde s’arrête.
Il suit les failles et pénètre.
Tremblent portes et rideaux
Devant ses cris de revenant.

Je l’attends là effleurant juste mon visage
Et mes yeux
Filant dans mes cheveux
Des fragments d’étoile et d’orage
Alors, il se glisse et engage
Ses frissons sur ma peau
Par son assaut effervescent.

Je m’étends là sa fraicheur ressuscitée,
Brutale.
De l’amour en rafales…
L’eau salée perlant m’a quittée
Sous ses caresses précipitées.
Ma bouche fait écho
À ses souffles languissants.

Je l’entends là éloignant ses ondes exquises.
Une trêve…
Je retrouverai en rêve
Ses nuances de blanc indécises
Le goût de la mer qu’il a conquise.
Lorsque j’aurai trop chaud
L’ardeur le ravivant d’autant.

©Emilie BERD 7 août 2017

8 réflexions au sujet de « VENT »

    • Hi hi Galéa Chacun trouve dans un poème ce qu’il y voit😉😆
      Bon je peux bien te l’avouer… Tu as tres bien vu… 😉😆Il est ecrit pour etre « implicitement torride »!
      Merci beaucoup
      Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s