CREPUSCULES

Cassés, sans illusion, les faisceaux s’abaissent…
Tombent les rideaux, d’une pesanteur docile.
Le ciel sous perfusion signe sa détresse
Montent les flambeaux, à la lueur fragile.

Les larmes asséchées par l’éclat du jour
Laissent des traces salées d’eaux  et d’ennui.
Du réglisse effilé s’enroule tout autour,
Garde l’audace prisonnière de sa nuit.

L’horizon se perd dans les ombres anthracite
Mime le soleil de ses fumées orange.
Les nues et les couleurs des draps qui le quittent
Tisseront au réveil un puissant mélange.

Entrée par effraction, violant les persiennes,
Soulève les arceaux, et la splendeur luit !
Cernant sans condition la Terre qui est sienne
Fond l’or sur la peau. Et la lumière fuit !

©Emilie BERD 10/05/2017

25 réflexions au sujet de « CREPUSCULES »

  1. Ça dérange si je m’immisce dans ce doux dialogue entre mid et toi, pour dire que j’ai, comme d’habitude, adoré tes mots, ma luciole?
    L’évocation poétique te va bien,
    Tu tiens ta plume comme un pinceau.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s