LA VALSE DES VOLETS

Le matin, les bras ouverts,
Grand comme la Terre entière,
Pour inviter la lumière
A respirer au travers
Des vitres froides en verre,
Des briques, de la peinture
Qui s’écaille sur les murs,
Gorgés de la pluie d’hiver.

Un vie-à-vie plein d’amour,
Visa sans réserve ni frais:
« Venez donc, mais si entrez ! »
A tous les rayons du jour.
Et ils virent au quart de tour
Alors que la vue se noircit…
Ils découvrent les jalousies
Grincent de leurs destins lourds…

Car le soir, les yeux bien clos,
Délivrés de ce va-et-vient,
Rabattus, et libres de rien,
Ils évaluent leur fardeau.
Ils attendent, verrouillés,
La veilleuse vacillante
Et son ombre effrayante
Qui chante un peu puis se tait.

Tous, des fermes aux écoles,
Si le vent les faisait claquer,
A débloquer gonds et crochets
Et à entamer leur envol.
Ne plus entendre condamnés,
Le silence de la demeure,
Le son d’une maison qui meurt,
La maison aux volets fermés.

©Emilie BERD 03/05/2017

9 réflexions au sujet de « LA VALSE DES VOLETS »

  1. Hey, j’avais trouvé et compris pour une fois. Joli tout plein, sobre et efficace.
    La veilleuse lancinante ?? Ha ha ha , je t’embête tout le temps sur un mot, mais c’est toi l’auteur et le poète…j’aime pas la poétesse…
    Gros bisous !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s