Les Plumes d’Asphodèle n 49

Voici ma participation aux 49emes Plumes chez Asphodèle.

image

Les mots imposés étaient : Flânerie, pacager, liberté, baguenauder, circonstance, enthousiasme, prisonnier, errance, prairie, libellule, céleste, nuage, délire, rencontre, bohème, paria, alouette, gironde, évanescent, agripper.

Je n’ai pas utilisé Gironde

La vie n’est pas un rêve.

« Alors quoi ! Devenir un pantin blême dont les circonstances auraient floué le corps et le cœur désormais évanescents, avec pour unique réalité, les mille chaines que tu auras scellées à tes propres chevilles ! Un ectoplasme, dont la condamnation éternelle serait l’errance, prisonnier dans son délire nostalgique ! Un paria jusqu’au fond de ton âme, sans salut, sans pardon. La colonne vertébrale brisée à l’idée du vertige ! La liberté flagellée par la crainte du risque et les rencontres manquées radotées à l’infini…

image

Alors quoi ! Laisser ton enthousiasme saigner d’être mort-né ! Laisser tes mains paralysées d’agripper cette maudite corde, de ne jamais lâcher pour une routine bien morne ! Sous prétexte de l’impossible, réduire les possibles. A la seule peur du vide, demeurer toujours du coté glacé du pont ! Evidemment, autant procrastiner, baguenauder et mettre les regrets sur le compte de ta flânerie. C’est si facile de ne voir que les alouettes dans un miroir, plutôt que de se regarder en face !

Tu peux infuser les herbes d’une prairie, mais pas la science ! Tu auras tes moments d’arrogance et de fierté, et, ne te le cache pas, le voyage sera perturbé, les voies célestes ne sont pas sans nuage. Dans le doute, dans le découragement, si l’envie n’y est plus, si l’espoir s’évanouit…Ne te trompe pas de chemin…Repose-toi, ressource-toi…La Bohème n’est pas le seul apanage des bohémiens et la nature inspire tant de choses à un esprit qui respire…Noient tes yeux dans les feuillages…Ne fait-on pas des toiles magnifiques d’animaux qui pacagent, des machines volantes d’insectes comme la libellule, des poèmes d’une eau qui ondule ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vie n’est pas un rêve, mais un rêve peut faire une vie. Quelle chose merveilleuse rêves-tu d’accomplir ?« 

 ©Emilie BERD 26 février 2016

38 réflexions au sujet de « Les Plumes d’Asphodèle n 49 »

    • La première personne à qui je m’adresse c’est moi. Je manque d’un sens certain de l’effort et d’opiniâtreté. Beaucoup de projets ont été tuées dans l’œuf parce que « trop de travail », « pas possible »ou pire « Trop difficile » de sorte que je me suis retrouvée dans une vie qui ne me correspondait pas (tout va mieux, à présent je te rassure)
      Et je veux donner ce que je n’ai pas à mes enfants (mais mon mari l’a ce truc, alors…d’aller jusqu’au bout…)
      Voilà Val, tu sais tout!
      Bisous

      J'aime

    • Bien sûr, Martine. Je voulais aussi dire que repousser ses rêves jusqu’aux regrets était délétère…Confortable, certes mais destructeur. Mais, en effet, vivre est déjà un rêve. Ensuite on peut étayer (comment, de quoi, avec qui)…😄
      Bisous

      J'aime

  1. Tu as bien fait de t’accrocher, ça donne du nerf à ce poème et il a des accents à la fois joyeux et infiniment tristes : il te ressemble (je pense) ! S’il ne faut pas rêver sa vie, vivons nos rêves au maximum mais surtout vivons ! C’est très beau ! 😉 Bises

    Aimé par 1 personne

      • C’est normal Emilie, c’est l’âge qui rentre !!! 😆 Au mitan de la vie, nous faisons des bilans…souvent nostalgiques ! Et tu verras, dans 10 ans ce sera pire, warf ! Non je plaisante, en fait à 50 ans on est plus joyeux qu’à 40 ans, on a pris le rythme mais quand se profilent les 60, alors là c’est une autre histoire, je préfère ne même pas y penser, ça me fait flipper !!! 😀 Gros bisous et continue de nous enchanter avec tes rendez-vous manqués ! 😉

        Aimé par 1 personne

          • Rhooo Claudia merci de me consoler ! J’ai encore 1 an et demi mais bon ! C’est vrai que je connais des sexas très épanouies mais elles n’ont pas de « vieillissement prématuré des os » ! 😥 Ce n’est pas tant de vieillir qui me fasse peur, c’est la dégradation de certaines choses… Heureusement j’ai un bon mental (jusque là^^) ! 😉 Emilie est encore une gamine, qu’elle en profite ! 😀

            J'aime

  2. Ben une fois de plus, ce que tu écris me parle…et me plait aussi. Est-ce un poème comme le dit la grande prêtresse ? Pas pour moi et c’est peut être la force de ce texte d’ailleurs. C’est vrai que la hasard fait qu’on a écrit des choses assez proches si on résume ! Par contre, pas question que je boive de la tisane…:D
    Bisous !

    J'aime

    • Pssst Mindounet : c’est de la prose poétique si ça t’aide à mieux comprendre !!! 😆 Hey les jumeaux, vous allez fêter votre osmose du jour j’espère ? Pas avec la camomille de Monesille, elle a croupi depuis le temps mais je vous réserve un petit Kir des familles que Patounet connaît, il t’en dira des nouvelles, mouhaha !!! 😀 Et j’invite ma chère Monesille à se joindre à nous, bien sûr ! 😀

      J'aime

  3. encore la camomille ! Et je ris… mais personne ne saura pourquoi ! Ce n’est pas racontable ici ! Bon, passons !
    J’ai atteint un âge certain et je rêve encore et toujours qu’il peut y avoir des choses formidables à découvrir, des gens formidables que je pourrais rencontrer, des gourmandises formidables que je n’ai jamais encore avalées ! Je te pose la question, à toi qui es plus jeune que moi puisque tu as l’âge de mes enfants : quand est-ce qu’il faut s’arrêter de rêver ? Tu crois qu’on est obligé de le faire ?
    Peu importe ta réponse dans le fond, puisque je suis la plus âgée, c’est moi qui aurai le dernier mot ! 😀 Bisous

    J'aime

  4. J’aime bien ton texte Emilie, il appelle à la vie, au réveil et non à la déchéance, ni à l’abandon. Il faut vivre le présent qui est à nous, en nous, ne perdons aucune miette de nos beaux sourires. Les nuages ne peuvent entraver indéfiniment le soleil. Le plus beau, quand on a des rêves, c’est de les vivre, et pour cela, hâtons de vivre présentement.

    J'aime

  5. Sur le cercueil de mon cher beau-frère, parti il y a un mois, il avait voulu que soit inscrite la phrase: « ne rêvez pas votre vie, vivez vos rêves »
    Ton texte me le rappelle, mais il est vrai que je suis bien décidée à ne plus l’oublier une seule minute. 😉
    Tu écris très bien, ma luciole.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s