Aujourd’hui le sens de l’adaptation n°271/366

image

S’il est une période où mon sens de l’adaptation est éprouvé, c’est bien Noël. J’apprécie la période de l’Avent, mais j’ai du mal après. Les repas trop longs, les jours si courts, les enfants survoltés qui se défoulent en courant. Une maison surpeuplée. Il reste encore quelques heures de répit. Alors, j’essaie de dompter ma nature sauvage pour admettre cette fatalité sociale, en priant pour que la lumière revienne et en me disant « Vivement le printemps »!

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : Ok

2- Moins de 100 mots : 76 mots

3- Elément réel : ok

9 réflexions au sujet de « Aujourd’hui le sens de l’adaptation n°271/366 »

  1. Tu sais quoi ? Je ressens comme toi. Bon, une fois les enfants « grands » ça devient moins « pénible » mais il y a tout ce bazar commercial qui me sort par les oreilles et les yeux, dur d’y échapper.
    J’ai aimé le roman peu connu de John Grisham « Pas de Noël cette année », tu vois/tu verras pourquoi, ça dénonce l’absurdité de notre société (que ce soit aux USA ou en Europe…)
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s