Aujourd’hui comme un gosse n°200/366

imageAu croisement, j’ai eu au moins quatre extrasystoles, en attendant que le feu passe au vert. Cette crise aurait pu être provoquée par un véhicule bleu au milieu du carrefour, une angoisse existentielle devant le feu rouge…Non, non!J’allais inscrire mon fils en sixième, au collège, à l’école des grands (à défaut d’une grande école), à l’école de la vie où votre enfant vous échappe, où il s’échappe à lui-même en prise avec ses hormones, ses idéaux, ses envies et ses craintes…

Sur le parking devant le collège, j’ai fait trois fois le tour. C’était un parking bleu (avec les disques horaires), et il se trouvait que je n’en avais pas. J’ai vu un petit coin de gravier et d’herbe verte, juste avant le panneau signalant cette obligation…Je m’imaginais déjà voir rouge si un petit papillon se déposait sur mon pare-brise pendant le rendez-vous! « Mais enfin, Madame, le stationnement règlementé, c’est après le panneau, pas avant!Sinon, cela n’a aucun sens« 

Dans le bureau de la directrice, j’ai attendu deux minutes! Je cachais mes mains rouges de froid! Un élève était absent sans mot d’excuse. La directrice essayait de savoir pourquoi. Le coquin avait raconté à sa maman (j’imagine verte de rage) qu’il n’avait pas cours…Le gredin s’était fait prendre comme un bleu…C’était un bureau avec vue sur la cour de récréation. Je pouvais admirer, au milieu d’un terrain de foot en goudron, des êtres impatients, des corps semblant encore hésiter entre la tendre enfance et la brute adulte…

Et alors que le rendez-vous commençait, alors que c’est de mon fils dont il fallait parler, des choses étranges, irrésistibles sont remontées en moi…Je me suis sentie comme un…mais vous le savez déjà!

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : plus ou moins…

2- Moins de 100 mots :  282 mots

3- Elément réel : ok

8 réflexions au sujet de « Aujourd’hui comme un gosse n°200/366 »

  1. C’est vraiment un métier que d’être maman ! Et il n’y a aucune école pour cela, même pas de stage à faire, même pas de centre d’apprentissage ! Tout sur le tas ! À l’instinct ! Avec des joies et tellement d’angoisses ! Les mamans se tiendraient la main au moment des inscriptions en 6ème, elles feraient disjoncter les transformateurs électriques d’une ville ! 😀 Bisous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s