Aujourd’hui un amical n 184/366

image

Je suis embêtée, là… C’est sûr…

Ce matin, j’ai même détalé de la boulangerie parce que le client me précédant râlait pour une sombre histoire de montant minimum en carte bleue! J’ai trouvé ceci tellement passionnant…J’me suis barrée…Sans attendre mon tour…Pourtant, j’étais super bien garée, je n’étais pas pressée…

Cet après-midi, ma choupette m’a lancé  « T’es trop belle avec tes cheveux détachés! »

Ça vaut ?

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots :66 mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui j’ai fait de mes mains n°183/366

imageAujourd’hui, j’ai fait de mes mains 183 réels sur 366! Ils valent ce qu’ils valent, mais mine de rien et si je compte bien (enfin par « je« , il faut entendre « ma calculette« , miracle technique pour les sous-doués en calcul mental et autres mathématiques comme moi!) j’en suis à la moitié!

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui derrière la vitre n°182/366

imageDerrière la vitre, il n’y a pas grand-chose. Pourtant on dirait que le soleil se bat. Bercés par l’automne, rouge et brun, mes yeux s’arrêtent sur les traces de doigts.
Derrière la vitre, mes rêves d’enfant, assise sur ma chaise, au fond de la classe, mes colères d’étudiantes, mes envies de femme. Pas le temps perdu, mais le temps qui passe.

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots :61 mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui, pour ligne d’horizon n°181/366

imageAujourd’hui, pour ligne d’horizon, le mois d’octobre qui va nous saisir d’hiver, les premières vacances de l’année scolaire, puis Halloween et ses mille bonbons, après le changement d’heure et les cônes de marrons.

Alors que l’été s’éloigne, l’horizon se rapproche. Il meurt de nous murmurer que si on l’invitait, il serait si heureux de s’installer au chaud dans notre maison. Mais depuis le temps, il a l’habitude. Et, glacé dans sa solitude, il se venge en s’offrant à nos yeux et en s’échappant lorsqu’on avance un peu.

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots :72 mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui un meuble a des formes n°180/366

image

Un meuble a des formes. A partir de là, on est bien avancé, puisque, un meuble a des formes, certes, mais encore faut-il savoir lesquelles…Cube, parallélépipède rectangle, sphère…Le plus gros meuble (dans le sens mobile) avec des formes que je peux toucher, c’est elle :

planisElle qui roule sa bosse, sans même que l’on s’en rende compte. On pense être les boss, mais le jour où elle fera les comptes…

Enfin, en attendant…

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots :72 mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui où étiez-vous entre 13h et 13h05? Que faisiez-vous? Vous avez un alibi? n°179/366

imageVous êtes qui, vous d’abord? De la police? J’étais chez moi, faisant des aller-retours entre la cuisine et la salle à manger pour débarrasser la table de quatre petits chenapans! Je sais bien qu’ils ne peuvent pas en témoigner, puisqu’ils sont mineurs! Je n’ai aucun alibi!

La voisine m’a peut-être vue partir pour les emmener à l’école, mais il était déjà 13h20, alors…Et puis, franchement, Monsieur le Commissaire, j’ai bien retenu un rire lorsque j’ai entendu ma fille de 3 ans et son camarade préparer un repas imaginaire à leur enfant tout aussi imaginaire, mais est-ce un crime?

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 97 mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui nouvelle connexion neuronale n°178/366

image

Et bien voilà! Enfin un thème en phase avec ce que j’ai fait dans ma journée! Pas de pirouette! Aujourd’hui, Raymond et moi sommes sur la même longueur d’ondes. Si j’osais, je dirai que nous sommes connectés!

Aujourd’hui (et demain encore), je dévore un livre sur la précocité intellectuelle et les souffrances qu’elle engendre à l’âge adulte! La précocité intellectuelle est l’un de mes dadas, comme dirait Valentyne, et ce livre est un vrai régal!

IMG_2990

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots :75 mots

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui, ça tombe n°177/366

imageTout y est ! La nuit n’attend plus les somnambules et surprend les couches-tôt. Les feuilles commencent à déborder des fossés et à napper d’un délicieux roux le bitume. La pluie s’invite sans prévenir, résultat de la joie émue des nuages heureux de se retrouver enfin! L’envie de faire une bonne flambée dans la cheminée est seulement calmée par un sentiment d’incrédulité. Je freine des quatre fers pour ne pas foncer sur une fondue ou une raclette.

L’automne est là, ça tombe sous les sens!

Seulement voilà: Sur le calendrier des pompiers, l’automne c’était hier, 22 septembre.Sur mon agenda, l’automne, c’est aujourd’hui, 23 septembre!

Après tout, 22 ou 23, aujourd’hui, peu importe!

L’automne est là, ça tombe sous le sens!

 

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots :112 mots DECIDEMENT, C’EST UNE HABITUDE

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui, quatre murs n°176/366

image

Nous étions entre les quatre murs des vestiaires de la salle de sport, lorsque j’ai entendu cette petite phrase « Tu sais, de toute façon, je pense que l’on y passera tous ! ».

Cette phrase, prononcée par la prof de sport qui se préparait à nous donner un cours, ne m’était pas du tout adressée.
C’est ce genre de fragments que j’intercepte souvent, où que je sois. Des bribes de conversation, une grimace étrange, des sensations communes qui s’échappent, flottent jusqu’à moi, se déposent dans mon cerveau, et, sans aucune volonté de ma part, m’envahissent jusqu’à devenir miennes.

Comme ça, on pourrait penser à de la curiosité, comme si je cherchais à tout entendre, tout savoir….Vous pouvez me croire ou non, j’aurais souvent préféré ne pas savoir, ne pas comprendre…Simplement attendre d’être concernée, quand je l’étais …C’est ainsi…Dans cette situation, je me mets en boule, je me pétrifie, je teste mon imperméabilité. Là, il était déjà trop tard et je le savais…Son signal m’avait mise en alerte, sa tristesse coulait dans mes veines. Je crois que techniquement, on appelle cela de l’empathie.

Alors que mon plus grand besoin était de la serrer fort dans mes bras, cette parfaite inconnue dont la souffrance ne m’était plus étrangère, je me suis redressée et suis sortie des vestiaires. Tandis que j’atteignais la salle, j’essayais de me persuader qu’elle ne parlait pas d’elle, que j’avais mal compris ce tremblement dans sa voix… S’il s’agissait d’elle, n’aurait-elle pas fait preuve de plus de discrétion ? S’il s’agissait d’elle, ce drame n’aurait-il pas, au contraire, repoussé sa pudeur, en échange d’un peu de sollicitude ?
Elle paraissait si jeune… (Quelle réflexion idiote « Elle paraissait si jeune » ! Comme s’il y avait un âge pour tomber malade, comme si, un jour, un matin en se réveillant, on décidait d’avoir assez vécu… )

Elle est entrée dans la salle, si belle, si fine. Sa tenue de sport découvrait ses épaules et ses bras ciselés par un entrainement sportif intense. Elle souriait, puis elle a dit : «A partir de la semaine prochaine, je serai absente pendant au moins un moi. Je vous abandonne entre les mains des jeunes. Moi, je serai à l’hôpital. »

 

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : NON

2- Moins de 100 mots :  368 mots MEGA OUPS!

3- Elément réel : ok

Aujourd’hui pas envie de n°175/366

imageJe traîne comme un boulet léger, une sorte de lassitude, qui ferait tout de même de mes yeux deux revolvers, s’ils étaient chargés…Je garde encore les lunettes noires sur le nez…Pas encore fini l’été, alors…

Pas envie de sourire, pas envie de faire des mondanités, des courbettes! Bientôt, la nuit dévorera le jour et je pourrai me cacher, me calfeutrer…Au coin du feu, nourrir ma solitude et mon ennui, et écrire…peut-être…

©Emilie BERD

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 71 mots

3- Elément réel : ok