COMPTE A REBOURS (Détresse Maternelle n°6)

IMG_0034
Pour éduquer un enfant, faut-il irrémédiablement le frustrer ? N’y a t-il pas une autre façon?  Lui apprendre le plaisir de devenir indépendant, libre…
Je n’aime pas l’idée selon laquelle, pour élever un enfant, il faut le frustrer. Dans mon esprit, frustrer est synonyme de brimer, de léser…Un peu comme si pour l’aider à grandir, il fallait le punir… Cela me hante…Enfin, m’a hanté, surtout au début, pour le premier, car pour les suivants…J’étais moins à fleur de peau…J’avais de l’expérience ! Et surtout, il a bien fallu que je reconnaisse, au bout de quelques mois, que l’éducation d’un enfant repose bien sur la frustration. Mais la mienne !

Je n’élève pas les enfants pour moi-même (Une Ministre récemment a rappelé aux parents d’élèves que leurs enfants de leur appartenaient pas…Je ne souhaite pas non plus élever mes enfants pour l’Etat. Mais c’est un autre débat ! Prenons un peu de hauteur!)

J’élève mes enfants pour qu’ils deviennent autonomes.
Du cordon ombilical sectionné, au maintien de la tête, en passant par l’acquisition de la propreté et au vélo sans roulette (pour faire vite, autant acheter une draisienne !), et l’école… Pardon, l’Ecole…Pour la première rentrée de toute une vie, je peux bien mettre une majuscule ! C’est plus classe !

Et voici donc que je me prends moi-même en flagrant délit de déni total !
« – Elle a quelle âge ?
– Trois ans.
– Elle rentre à l’école, alors ?
– Oui, l’année prochaine. »

A ce moment-là, flotte une sorte de malaise…Je sens, sans même me tourner vers mon interlocutrice se diriger un regard étrange, interrogateur, qui à peine rencontré me fait rectifier tout de suite ma réponse.

« – Enfin, elle rentre là… en septembre 2015. »

C’est bon, je l’ai craché ! Elle a trois ans…Elle va pas avaler des perles toute sa vie, non plus ! Rentrée 2015, 2016, on s’en fout, non ? C’est celle qui arrive là ! Je le sais, na ! Quelque chose pour me mettre le moral plus bas ?

« – D’accord, parce que l’année prochaine, c’est septembre 2016…Elle rentre dans quinze jours, du coup ! C’est bien ! »

Très bien ! On s’en fout pas ! Rentrée 2015 ou rentrée 2016, ça veut vraiment dire quelque chose ! Au temps pour moi !

« –C’est pour vous que cela va être difficile. Vous travaillez ? Non ? Vous allez vous ennuyer ! »

De quoi, je me mêle !

Comme l’envie de la dégager manu militari s’est emparée de moi, mais que c’est très mal vu socialement notamment devant un très jeune public, j’ai décidé de m’enfuir .
A la première occasion, foutue complètement en vrac par l’étrangère rencontrée sur cette plage, qui s’acharnait à prendre mes affaires pour les siennes , j’ai tout mis illico presto dans mon sac !

« Quinze jours » m’avait-elle dit. Cela résonne encore en moi comme le tocsin. Propulsée en septembre 2015, je vois déjà défiler les cartables neufs, les crayons de couleurs, les mines grises des enfants au réveil… Et mon bébé ne plus en être un, m’échapper, grandir…

Je compte et recompte « Quinze jours » …Cela semble si peu…Ce qui est rassurant c’est que, aujourd’hui, je n’ai pas assez de doigts sur mes deux mains pour aller jusqu’à quinze, (et demain non plus puisqu’il m’en faudrait trois. La seule chose qui pourrait me pousser demain, à défaut d’une troisième main, ce sont des cheveux blancs, n’est-ce pas?).

Ai-je fermé les yeux trop longtemps ? Ai-je raté quelque chose ? J’ai semé la tempête et bientôt je n’aurai que du vent, une brise légère… Le silence dans la maison…Dans une maison très bien rangée…Et même le temps de lire !

Que puis-je faire à présent ? Les années sont passées si vite… Le compte à rebours a commencé. Je me contenterai de ce qu’elle voudra…De toute façon, c’est comme ça…J’élève mes enfants pour qu’ils deviennent autonomes…

©Emilie BERD 18/08/2015

18 réflexions au sujet de « COMPTE A REBOURS (Détresse Maternelle n°6) »

  1. Oh comme je te comprends! Moi, c’est au CP qu’elle entre, ma petite dernière… que j’aime pas les comptes à rebours… ni les gens qui se mêlent de mes affaires, ni ce temps qui passe trop vite, ni ce jour de rentrée des classes, jour d’errance dans une maison vide…

    Aimé par 1 personne

  2. Rhoooo plus que 15 jours et personne ne m’a prévenue !!! Enfin si toi !
    J’aime pô la rentrée ( parole de fille d’instit ça :-))
    Je t’embrasse

    Et oui il faut les brimer pour qu’ils grandissent (enfin je préfère dire les « cadrer » )

    Aimé par 2 people

  3. La frustration est le moteur de la vie, en ce sens qu’elle stimule le désir. Un enfant gaté, c’est un enfant qui a tout ce qu’il désire. Un enfant pourri, c’est un enfant qui a même ce qu’il ne désire pas.

    Voila quelques phrases qui m’ont bien servi pour élever mes enfants. je vous les donne, les filles. C’est cadeau. Attention à ne pas noyer les enfants sous un flot de petits cadeaux qu’ils n’ont pas demandés. Le cadeau, ce n’est pas automatique, cela doit rester exceptionnel. Sinon on en fait des capricieux névrosés, voire angoissés.
    Les entrées successives à la maternelle, puis au CP, puis en sixième, puis en seconde puis en fac…Cinq étapes qui bousculent nos coeurs de mères mais sont les rites initiatiques modernes. C’est dur, mais il faut accepter avec le sourire chacune des étapes. Sinon l’enfant se freine dans son développement parce qu’il croit que sa rend sa maman malheureuse qu’il grandisse.
    Ne jamais montrer notre chagrin de les voir se séparer de nous, mais les encourager, les féliciter, et se réjouir avec eux de chaque étape. Voila le secret pour parvenir à ton but, Emile : en faire des adultes autonomes (c’est à dir qui n’auront plus besoin de toi au final)

    Bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

    • Célestine,
      Merci! Je comprends mieux pourquoi mes enfants sont si angoissés 😀 JE pensais que c’était que de l’hérédité 😀
      Je l’accepterai avec le sourire.J’ai arrêté les « Bébé » et les « Puce », je suis passée à « ma grande ».(je pourrai pleurer un peu à la maison, Célestine ? :))
      Bisous

      J'aime

  4. ouh là détends toi, la petite section de maternelle c’est très très light hein quand même, pas de fournitures scolaires, ni de crayon à tailler, elle va apprendre à compter jusqu’à trois et à reconnaître son prénom (si ce n’est pas déjà le cas) …et à vivre et respecter les autres, c’est peut être le plus important d’ailleurs. Il y a encore une sieste et des doudous …. Dans notre école, les mères au foyer les récupèrent l’après-midi, et ils ne vont pas à la cantine, donc finalement c’est trois heures le matin…parfait pour que maman et enfant s’habituent à ce nouveau rythme 😉
    Pour la frustration, j’ose dire que je suis archi pour et que oui, pour moi l’éducation passe d’abord par là. Ca nous fait plus de mal qu’eux, mais c’est nécessaire pour en faire des gens aimables (que les autres peuvent aimer) et éviter cette caricature d’enfants-rois qu’on a envie de frapper au parc (oui certains gamins que les parents n’ont pas réussi à frustrer sont des despotes en puissance avec les enfants ET les adultes)…
    Belle rentrée à vous 😉

    Aimé par 1 personne

    • Galéa
      Vivre et respecter les autres, c’est ce qu’elle va devoir apprendre! Elle a une forte appréhension de la rentrée.Elle l’attend depuis si longtemps. On accompagnait le frère et la soeur à l’école donc cela fait un moment qu’elle ronge son frein !
      Merci et belle rentrée aussi

      J'aime

  5. au fond d’eux, les enfants sont aspirés par le nouveau, ils en ont un peu peur mais ils vont naturellement vers les nouvelles expériences, parfois sans un regard en arrière (de peur de croiser le regard éploré des parents abandonnés – si, si, je l’ai vécu!!) Allez courage, Emilie, ils te ramènent ensuite des nouvelles du monde et te poussent à y aller voir.

    J'aime

  6. D’abord l’école n’est pas obligatoire, c’est l’instruction qui l’est ! Ensuite l’école maternelle n’est pas obligatoire…tu peux la mettre un petit peu, pour t’habituer toi, parce qu’elle ça risque de lui plaire, tu penses, plein de copines, des dessins à gogo, des rondes…Et puis tu peux te concocter un programme pour t’occuper l’esprit pendant qu’elles n’est pas là, nous faire un recueil de tes poèmes, écrire une suite de poème sur un sujet qui te plait.
    Mais ne te fais pas d’illusion, tu pleureras le jour de sa rentrée, on pleure toutes !
    Gros bisous et bonne rentrée !

    J'aime

    • Monesille
      J’ai quelques projets pour tenir le cap! Déjà tenir un peu proprement ce blog, sortir de la spirale des réels (ça ne veut pas dire arrêter, mais prendre le temps de travailler d’autres trucs) et ma PAL…Et j’ai toujours l’espagnol à apprendre 😉
      Bisous et merci

      J'aime

  7. je comprends tes états d’âme, je me souviens encore comme si c’était hier de la rentrée en classe maternelle de Xavier, le papa de Clément. Il pleurait tellement, ne voulait pas lâcher ma main, et je crois bien que dès la porte fermée, j’ai chialé autant que lui !
    Et quand je vois Clément…la nuit et le jour, même son papa n’en revient pas et est bien content qu’il ne l’ai pas imité dans ce domaine. Fils unique, il n’a qu’une hâte, retrouver ses copains et copines, même ses deux fiancés de l’an dernier. Y en aura-t-il une troisième cette année ? Il passe en CE1, un grand quoi ! Imagine ta fille. Aussi bien, tu auras des fiançailles à préparer pour bientôt !
    Et ne pleure pas devant elle , promis ? Bisous

    J'aime

      • Festival occitan hier soir sur la place Royale de Pau, Clément est dans une école occitane. Tout d’un coup…son maître, devant lui. Clément tout timide 😀 Le maître lui demande s’il a passé de bonnes vacances « à tèque ? » (gifle normalement mais là, familièrement « à fond » !) oui, répond Clamenç. Alors en classe aussi, ce sera « à tèque ! » dit ló mèsté 😀

        J'aime

  8. La frustration est je pense salutaire dans l’éducation…elle permet justement d’affronter la vie d’adulte qui n’est que de la frustration ou presque. Pas évident, tout est contradiction.
    Par contre pour compter les 15 jours, tu n’as pas de doigts de pieds?? (si c’est la cas, j’en suis mortifié…)

    J'aime

    • Si si j’ai des doigts de pieds (il y avait pas mal de tongs dans mes malles :D)
      Mais comme l’on dit des choses rares qu’elles se comptent sur les doigts d’une main 😀
      Pour la frustration, c’est un très très bon argument! Touché, coulé!
      Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s