ETERNATION

Quand Avril murmure aux oreilles de l’hiver
La douce complainte de son agonie.
Quand les derniers sursauts habillent l’herbe fraiche
D’un blanc imprévu, éphémère.
Quand les mains un peu froides vont à la pêche
Des oeufs en chocolat, de lapins aussi.

image

Le coeur est impatient et le corps plébiscite
La chaleur étouffante, et la lumière encore…

Quand le soleil livre combat avec ardeur
Aux nombreux soldats de la nuit.
Quand ses puissants rayons terrassent les ondes
Par un arc de toutes les couleurs.
Quand les hirondelles commencent leur ronde
Et que la cheminée s’ennuie.

image

L’hiver est un patient, oublié dans un corridor :
Il attend quelques mois l’heure de sa visite.

Quand le vent fait vaciller les naissants feuillages,
Les fait danser, tourner à perdre haleine.
Quand il fait des nuages de puissants vaisseaux
Naviguant sans aucun équipage.
Quand il soulève les pavés et, de son lasso,
Balance les volets, les chaises qui trainent.

image

L’hiver est un enfant, qui, par peur d’être délaissé,
réclame l’attention pour s’assurer son existence

Quand Avril découvre les vertes prairies humides
Dans un élan enthousiaste de vainqueur,
Quand la douceur respire une odeur d’enfance,
Le froid qui nous épargne des plaines arides,
et rapproche les âmes, débute son errance.
Et personne ne le pleure…

© Emilie BERD 31/03/2015

Les photographies sont des photographies personnelles et ne sont pas (comme le texte) libres d’utilisation.

14 réflexions au sujet de « ETERNATION »

  1. Emilie, je n’aime pas la poésie, je n’y suis pas sensible, je n’arrive pas à rentrer dedans…il y a en a de plus en plus sur les blogs littéraires depuis quelques mois…mais tes poèmes me plaisent vraiment, je suis sincère…continue, tu as un talent pour ça enfin je trouve…

    J'aime

  2. Moi j’adore la poésie contrairement à mon ami Mindounet-poussin-de-Pâques-en-or (il se reconnaîtra) et ton poème est très beau, tu l’as très bien illustré aussi ! Moi j’aime bien l’hiver (OK, je sors sous les huées de la foule !!! 😆 ) ! Disons que je n’aime pas la chaleur alors forcément l’hiver me va bien… mais bon, jusqu’à 20° ça va ! Et continue à nous poétiser la vie ainsi, j’adore ! Bises Emilie 🙂

    J'aime

    • Asphodele
      MERCI!
      Jusqu’à 20 degrés? Ça va tu as encore un peu de marge!
      Tres froid, Tres chaud… C’est pareil pour tous les extrêmes, c’est bonnet blanc et blanc bonnet!Enfin, pour moi…C’est aux « inter-saisons » que l’on se sent le mieux (cela ne concerne probablement pas les professionnels du tourisme😄)
      Je t’embrasse chère Asphodele

      J'aime

    • Merci Modrone.
      Ce n’est pas dans le dico. J’aurais bien aimé le faire ce néologisme mais, après coup, je l’ai vu un peu, par ci par là!Un anglicisme semble t-il…
      Quand j’ai trouvé le titre, je trouvais intéressant la rencontre de l’éternité et d’un repos d’été…Cela collait au poeme et à l’hiver…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s