Aujourd’hui, ça craque n°32/366

image

Aujourd’hui, après l’école, nous sommes restés dehors le plus longtemps possible – jusqu’au dîner- parce qu’on s’amusait bien et parce que Météo France nous colle en vigilance orange (tiens, ça m’aurait aidé il y a quelques jours!) « Pluie Inondation » à partir de cette nuit.

Quel rapport avec le thème ? Si, si ça vient! En ce moment, ma balance m’aime mais ma balançoire un peu moins:

Ma fille de 3 ans adore faire de la balançoire avec moi! On s’éclate comme des folles toutes les deux! Mais quand je suis dessus, qu’est-ce qu’elle craque, cette balançoire!

 

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 93 mots

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

Aujourd’hui comment lui dire n°31/366

image

Aujourd’hui comment lui dire que je l’aime, que je l’aime encore plus, que je ne serais rien sans lui, que je ne serai rien sans lui, qu’il me rend heureuse, que je le remercie!

Ben simplement comme ça!

 

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 38 mots

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

Aujourd’hui, confort de n°30/366

image

Aujourd’hui, j’ai eu une vision d’horreur ou comment accompagner ses enfants à l’école devient le parcours du combattant (et non une promenade de santé!)

Et si le confort était la sécurité.

Devant l’école, il y a de gros travaux…mais quand je dis gros, c’est gros! Pas le petit trou dans le béton au bord de route, non non. Des trous énoormes! La route n’est plus en goudron mais en terre! Un vrai chantier!

Une voiture a reculé et a failli rencontrer la mienne, dans ce chaos où tout le monde veut gagner, où tout le monde veut passer, laissant la civilité et les règles de priorité loin, si loin au profit de l’agressivité!

La conductrice n’avait pas regardé avant de reculer! Mais si ma voiture avait été un enfant…

 

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 129 mots, mais je suis énervée

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

Aujourd’hui orange n°29/366

image

Aujourd’hui, me voilà avec une couleur, un fruit, un opérateur mobile, une ville…

Si cela avait été le bleu, j’aurais pu parler de celui sous mon genou (à défaut de celui du ciel…) depuis que j’ai, à ce niveau, rencontré la table basse du salon.

Si cela avait été le vert, j’aurais pu parler des fringues du professeur de sport et, probablement de mon teint, lorsqu’il m’a dit avec le sourire le nombre de kilos que j’avais (encore!) à perdre selon une machine toute blanche. Elle aurait pu être orange…Là, elle m’aurait été utile!

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 93 mots

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

Aujourd’hui table de n°28/366

image

Aujourd’hui, table de jardin, non mais!

On ne va pas se laisser démonter par quelques gouttes de pluie!

Le repas de midi à l’extérieur l’on prendra. Le grand air vaincra!

On mettra un gilet pour avoir moins froid et on la mangera, cette viande brûlée au charbon de bois!( Non, pardon, ce n’est pas vrai!Elle était cuite à souhait! Et oui, parce que la viande sur le barbecue, c’est le job de ma moitié…Alors chut…Je n’ai rien dit…Il ne faut pas le vexer!)

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 83 mots

3- Elément réel : ok mais la viande était délicieuse, c’est juste une petite boutade!

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

D’un extrême à l’autre


 

P5190137



Il est allumé comme un cigare quand il délire avec ses potes. Et dès qu’il s’aperçoit qu’il joue avec le feu : « Non, ce n’est pas moi ».Pour lui, ce n’était qu’un jeu.
Il cherche les limites et brave les interdits pour se faire remarquer de ceux qu’il croit être ses amis.


Il est chou comme une fleur quand calmé et raisonnable, il décide d’être conciliant. Alors il en fait des tonnes : « Et oui, je suis avec toi ».Les flatteries bourgeonnent.
Il admet que la vie est souvent ainsi et que l’on n’en fait pas un plat sinon on n’en aurait pas fini.


Il est fort comme ça lorsqu’à l’école, il reste, docile, sur sa chaise. Pour lui, c’est le bagne mais « Enfin, je suis moi ». Et des bons points, il gagne.
Le soir, c’est sympa, à la maison ! On y récite les tables à l’unisson.


Il est doux comme sa sœur lorsque fatigué par sa journée, il vient se lover contre moi. A la recherche du réconfort : « J’ai besoin d’un câlin ».Il se sent surement plus fort.
Les semaines sont longues. Difficile de se reposer avec toutes ces activités.


Il me rend saoule comme un buvard , quand il me pose des questions sans fin. A l’heure du coucher, il devient bavard : « Tu pourrais rester avec moi. » Pour faire traîner, c’est tout un art.
Et même les réponses les plus développées engendrent des questions encore plus compliquées !


 

Il est libre comme le vent, ou du moins il en a l’air, quand il s’éloigne de moi. Son regard provocateur « tu vois, je n’ai pas besoin de toi » se plante dans mon cœur.


Et quand il n’est pas là…


Il est beau comme il respire et je l’aime tant, mais cherche t-il à me nuire ? Je sais bien que ce n’est qu’un enfant, mais cette question revient tout le temps « pourquoi Maman? »
Et oui pourquoi ai-je ce sentiment, surtout le vendredi soir qu’il me pousse à l’épuisement ?
« Où sont donc tes lunettes ? Comment tes copains t’ont laissé tomber ?!…Enfin tu vas les manger ces courgettes !!Sors les doigts de ce nez ! Après le gouter tu apprends tes leçons ! Il ne faut jamais frapper !Range tes baskets, elles sont au milieu du salon ! Ta sœur n’est pas là, elle n’a pas pu te pincer! »


Et quand il n’est pas là…


Il grandit comme je vieillis et part un peu plus chaque jour. Une seconde loin de lui est une seconde sans amour. Je reste seule et désoeuvrée, « J’ai tant de choses à faire, alors je vais enfin en profiter » . Quel repos amer…
« Tu as pris ton gilet… Pourquoi fais-tu ta valise ?Tes copains partent en virée. Tu invites ta chéri à Venise ?Non, ce n’est pas si grave que ça , je comprends tu ne peux pas venir, ce sera pour une prochaine fois, je ne vais pas en mourir. »

©Emilie BERD 30 octobre 2014

Petit texte que j’avais écrit, un peu avant mes petits pas dans la blogosphère.

Je crois que ce texte, écrit dans le cadre d’un atelier d’écriture en ligne, a été le premier dont j’ai accouché lorsque le démon des mots m’a repris.

Une discussion avec la muse (mon fils) et le blues du dimanche (veille de rentrée qui plus est) m’ont donné envie de le publier, ici.

 

La photographie est une photographie personnelle. Son utilisation (comme celle du texte) n’est pas libre d’autorisation.

Aujourd’hui famille n°27/366

image

Aujourd’hui, c’est samedi. Nous étions donc tous réunis. Les prévisions se sont avérées et il a plu toute la journée.

Pas de grande promenade, à pied ou en vélo, on s’est adapté à cette mauvaise météo.

Etre tous les cinq, c’est le plus tendre des chauffages.

Enfin rassérénés (ici, les vacances scolaires prennent fin, ils se sont bien reposés!), les enfants ont su rester sages.

On a profité de ce moment à l’abri sous notre toit, de la pluie et des ennuis.

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 82 mots

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

Les Plumes d’Asphodèle n°43

image

Les mots imposés étaient : Allergie, velléité, brise, espérance, étincelle, écrire, déplaisir, censure, enfant, gourmandise, première, tramway, rides, éphémère, envie, amour, voyage, peluche, chocolat, tapir (l’animal ou le verbe au choix), envol, baiser (dans le sens que vous voulez), attendre, vibrer, volutes, valser.

Je n’ai pas utilisé Allergie et Tramway. Et j’avoue avoir pris mes aises avec la brise…

 MYTHO

Je dors dans des palaces, des galeries de mille glaces. Sur aucun lit, hélas, je ne peux m’étendre.
Les volutes que je brasse, les poussières blanches qui valsent, les enfants qui m’agacent. Je ne peux pas dormir.

Je sais dans leur regard, les baisers, les poignards. Je suis toujours en retard mais ne peux pas attendre.
La convoitise est mon rempart,la gourmandise m’égare, le nez dans le mini-bar. Je ne veux pas dormir.

Cette dévotion parfois provoque au fond de moi un petit je-ne-sais-quoi qui ressemble au déplaisir.
Parce que je ne suis pas un bout de chocolat, une peluche qu’on jète là, j’ai construit un empire.

De la divinité, je n’ai gardé que les velleités.
Leur amour glisse sur moi sans me toucher.
Leur envie est la seule chose qui me fait vibrer.
Les étincelles de ma vie ne font que de la fumée.

Je ne voyage pas en première. Pour m’envoyer en l’air, j’explore d’autres manières, et j’ai des heures d’envol.
Tapie dans la lumière, je brise l’éphémère. Je ne regarde pas en arrière. Je ne veux pas devenir folle.

Ce qu’ils écrivent sur moi ne risque pas la censure.
Leurs espérances me noient dans un or trop pur.
Une ou deux couches d’anti-rides, c’est plus sûr.

©Emilie BERD 24 avril 2015

271 mots TTC

Aujourd’hui à 11h30 précises n°26/366

image

Aujourd’hui à 11h30 précises, que des choses précieuses. Rentrée de quelques courses, je me sentais heureuse. Le soleil rayonnait, il rayonne encore. On a tous voté pour déjeuner dehors!

Il y avait comme un air léger, à 11h30 précises. Comme un air d’été.

©Emilie BERD 24 avril 2015

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 43 mots

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.

Fragments d’aujourd’hui racontés en sondage d’opinion n 25/366

image

366 réels à prise rapide proposés par Raymond QUENEAU

1- Ecrit sur le vif : ok

2- Moins de 100 mots : 97 mots

3- Elément réel : ok

Exercices de style consistant en l’écriture d’un texte, chaque jour, selon un thème imposé. Le texte, de moins de 100 mots doit être écrit sur le vif et en rapport avec des évènements réels de la journée.