NOUVEAU NE

petites chaussures

Il est le seul qui provoque un printemps instantané.
Des quatre saisons il se moque puisqu’il est enfin né.
Les corps sont suspendus au fil de ses tourments,
Au lait sucré qu’il a bu, au choix de ses vêtements.

On exige le silence, dès que se ferment ses yeux.
La nuit, le jour, sa présence adoucit tous les Dieux.
Voici le soleil sur terre ! Un incroyable miracle !
Son regard est un scanner qui assimile le spectacle.

On l’embrase de baisers, de douceurs et de caresses.
Ses soupirs sont des souhaits exaucés par la tendresse.
De son petit bout de mètre, il règne désormais sur le monde.
Il en est devenu le maître, à sa toute première seconde.

© Emilie BERD  20/03/2015

8 réflexions au sujet de « NOUVEAU NE »

  1. c’est un poème très doux, bien rythmé, sensible et joli. Tes deux dernières phrases sont juste parfaites
    « De son petit bout de mètre, il règne désormais sur le monde.
    Il en est devenu le maître, à sa toute première seconde. »

    oui, c’est exactement ce qui se passe !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s