BAIN DE SOLEIL (2)

Assoupie sur le sable,
Une caresse insaisissable,
Dépose son safran sur ma peau.

Brille sous la chaleur,
Brûle en douceur,
Mon corps immobile.

Derrière mes paupières,
Saturées de lumière
Des ombres orange oscillent

Dessinent des cieux sauvages
Secoués de forts orages.
Mon corps au repos.

Mais l’étau se resserre
Et la fièvre se libère
À la fois poison et merveille

Amorce sans ardeur
L’appel de la fraîcheur
Mon corps en dérive.

Des sensations étranges
S’éveillent et se mélangent
Les mauvais rêves s’esquivent…

Caresse inoubliable,
Etendu sur le sable
Mon corps au soleil.

©Emilie BERD 20/07/17

LE FANTÔME

On raconte, dans le village, qu’il cherche quelque chose. Certains parlent d’un trésor égaré, d’autres sont sûrs qu’il voudrait retrouver son âme. Il se chuchote enfin, dans des cercles restreints, qu’en route pour le fond de la vallée, il laissa, un jour, tomber son amour…
Celui qu’il avait cueilli un soir de fin d’été à la cime de ce mont. Par hasard, ces yeux s’étaient arrêtés sur ce qui lui avait d’emblée semblé comme une merveille, offerte, à lui seul, posée sur une couche de lichen : un morceau d’étoile… Un petit bout… De rien du tout… Pas plus gros qu’une brindille…
Lorsqu’il la prit, cette étincelle, il devint fou d’elle. Il oublia de manger et en perdit le sommeil… Il ne la quittait pas, ne la lâchait pas ! Il la tenait dans son poing, bien serré… Il n’osait la mettre dans sa poche de crainte qu’elle ne cesse de briller. Il ne voulait la mettre dans une boîte de peur d’en être séparé… S’il la gardait ainsi, elle serait à l’abri, pensait-il.

Un matin, en descendant, il se rendit compte qu’elle n’était plus dans sa main… Il fit le trajet, une fois, dix fois, mille fois… Depuis le temps, il aurait dû être mort. Personne n’a jamais retrouvé son corps.

Car on peut voir toutes les nuits déambuler la lumière blanche qui le précède, ce halo qui l’accompagne et éclaire les sentiers sur lesquels il effectue sa ronde.

Cela commence toujours ainsi, lorsque le jour s’est endormi. Un souffle impérissable se murmure entre les rochers de la montagne. La mémoire du massif s’éveille, s’étire et frissonne sous la caresse de cette si discrète douceur.
La terre en tremble un peu. L’humidité se dépose à sa surface, rentre en elle pour s’assoupir, au chaud contre ses miettes de châtaignes et de charbon. Quelques bras de brume venus bercer la buée fuient sans bruit pour laisser place au sortilège.

Il approche…

Le silence s’agite dans les branches des arbres, se blottit et se cache, alors que les ténèbres haletantes, attendent sa venue.

Il est là.

Là-haut, tout en haut, où la roche et les nuages s’aiment en secret, là où le ciel se prend au sommet et s’y menotte, un point lumineux se dessine et descend en dodelinant. Cette lueur qui annonce qu’il marche le long du chemin, torturé…

Il s’évapore puis se ramasse. Il coule des hauteurs, glisse, effrayante rivière, lente mais déterminée. La tête baissée, il scrute le sol.

On l’entend, il l’appelle et fulmine. Sa rage résonne en tonnerre et dérange ce silence étrange qui angoisse la mort même.
Sa plainte s’étend jusqu’à la plaine, dans le souffle devenu vent, et terrorise les enfants qui, malgré l’avertissement de leurs parents, ne rêvent pas encore…
Tous les pores de sa peau pleurent des gouttes d’argent qui vernissent les herbes couchées et chatouillent les pierres brisées.
Il cherchera… jusqu’à ce que le soleil revienne… Et il sait déjà qu’il sera là… Demain soir, ou plus tard…

Un écrin blanc et rose s’émousse dans le ciel ouvrant les portes du ciel au jour. Il remonte la pente, espérant que bientôt l’obscurité gagnera et que là, dans l’ombre, il verra enfin briller son brin d’astre qu’il a laissé échapper…

On raconte, dans le village, qu’il cherche quelque chose. Certains parlent de plusieurs diamants, d’autres disent qu’il a perdu la tête… Si, une seule fois, il la relevait, il verrait que c’est son bout d’étoile qu’il suit, chaque nuit.

©Emilie BERD 17/07/17

 

 

MUE

 

Déjà, la toile se tisse
Et les étoiles s’étirent,
Une par une.
Quand, sous sa peau, respire
L’ambre des épices
Aux odeurs brunes.
Trop de démence satine
Le soufre qu’il expire
Qu’il expulse.
La souffrance se dessine
Aux silences qu’il soupire.
Il convulse.

L’heure de la pénitence.
C’est la danse qui commence,
Et s’éternise…
Au diable les apparences !
C’est juste une évidence
Qui se déguise…

Déjà le soir s’esquisse
Et les ombres conspirent
Avec la brume.
Lorsque sa peau aspire
Le mystère qui s’immisce
Et s’allume.
La créature devine
Que l’ange, lent, se glisse
Sous sa fourrure.
Et le démon s’incline
Soumet ses cicatrices
Aux sutures.

C’est l’heure de la naissance.
La splendeur qui s’avance
Et se dépose…
Docile et sans défense,
Il subit son intense
Métamorphose.

©Emilie BERD 5 juillet 2017

 

 

EDEN

Il y avait de l’or, fin et froid,
qui tombait, seulement par endroit,
en toutes petites gouttes.
De la poussière d’étoile sans doute
Ou des larmes de lune en déroute…
Juste le mystère qui te touche.

Il y avait du miel sur ta peau,
Des pommes et des abricots,
Quelle que soit la saison.
Les voix des anges et des démons
S’embrasaient à l’horizon
Puis coulaient par ta bouche…

Il y avait dans l’air du temps
le parfum d’un ou deux serments
Et d’éternelles promesses…
Ni remords ni tristesse,
Aucun poignard qui ne blesse,
Le corps comme unique armure…

Il n’y avait pour seule lumière,
Que l’éclat de mes prières,
Dans tes longs silences…
Et ce serpent dont la danse
Libère encore en cadence,
Le poison dans sa morsure…

Il y a eu cet orage si fort
Qui grondait comme une mise à mort,
L’annonce d’une vie maudite…
L’espérance alors interdite,
Souffrir cette douleur inédite,
Pour un fruit soit-disant défendu…

Il y avait des chants si doux
Que l’on aurait pu vivre à genoux,
D’eau fraiche et d’amour…
Les grilles fermées à double tour,
Il n’y aura aucun retour,
Dans ce paradis perdu…

©Emilie BERD 26/06/17

En pause (ou en panne)!

Celles et ceux (:D) qui me lisent auront remarqué (ou pas) que depuis quelques temps, je laisse mes petits cahiers en friche… Le caractère hautement confidentiel de mon blog me permet d’habitude d’éviter les annonces « En pause ». Le blog a son propre rythme, sa discipline irrégulière au gré de mon inspiration et de la lutte perpétuelle contre mon penchant à la procrastination (parce que si la procrastination était à l’écrivain ce que l’inspiration est à sa plume, je peux vous dire que Stephen King n’aurait qu’à bien se tenir!).

Donc, en pause pour les vacances ou en panne d’imagination, jusqu’à présent, cela m’importait peu… Mais, en ce moment, le blog vivote…Et c’est moins ma fréquence de post que ma difficulté à vous lire qui me gêne…

Il y a trois mois, j’ai décidé de participer à un concours de nouvelles dont l’échéance était le 15 mai…Et l’échéance dépassée, j’étais seule devant cette date à analyser les jours passés pour comprendre ce qui m’avait empêché de participer…

Il y a deux mois, j’ai décidé de participer à un concours de poésie dont l’échéance était le 31 mai…Et l’échéance dépassée , je suis seule devant cette date à me demander ce qui s’est passé (D’autant que les concours de poésie ont moins d’exigence en matière d’originalité que les concours de nouvelles…Du genre, j’avais qu’à prendre deux heures pour piocher dans la rubrique « poésie » du blog et envoyer l’heureux élu… Mais non, c’était certainement trop dur pour moi…)

Il y a peu (un mois déjà) j’ai décidé de participer à un concours d’écriture dont l’échéance est le 14 juin (La Nouvelle George Sand).

Évidemment, lorsque les idées me viennent, je pense, naïve et blonde que je suis, pouvoir mener tout de front, c’est-à-dire étendre mon linge et établir le plan de ma nouvelle, laver le sol tout en écrivant un petit poème, et travailler mon inspiration tout en passant la chevelure de Mambo 3 au peigne fin (Là, pour le coup, c’était une fausse alerte ! Mais bon, les poux me prenant facilement la tête, je n’ai pas pu résister à évoquer ici cet épisode !). Et le résultat est troublant de vacuité… Parce que, et vous le savez tous, les contours ne suffisent pas à dessiner des histoires…

Aujourd’hui je sais que si je ne m’y mets pas franchement (au moins juste un peu pour semblant), cela sera ma énième participation imaginaire à un concours bien réel.

Ainsi, pour essayer d’envoyer un texte (corrigé et surtout correct) à l’échéance, et aussi pour le plaisir de citer mon ami Mind The Gap, « le bar est fermé » jusqu’au lundi 19 juin. Je vous tiendrai au courant…Enfin, pas d’affolement, à ce jour aucun des textes que j’ai adressés à un  concours quel qu’il soit n’a été retenu. Et de celui-là je n’attends guère plus… Pour autant, si en envoyant un texte, la chance qu’il soit retenu est proche de 0%, elle l’atteint sûrement et strictement si je n’en envoie aucun! C’est donc sur cette pensée du jour que je vous abandonne jusqu’au 19 juin 😀

Bisous à tous

Emilie

Quand le silence fait plus de bruit
Qu’une explosion ou que des cris…
Quand l’espoir trop pâle ne luit
Qu’à la faveur d’un cierge bien gris…
Quand le corps a perdu l’esprit,
Que la honte fige les atomes,
Quand la haine devient sans-abri,
Les entends-tu les fantômes?

Quand, seule, la douleur survit
Au milieu du sang et du verre,
Quand la déchirure grandit,
Qu’elle en étrangle la colère,
Quand les mots ont déguerpi
Devant la cruelle vendange,
Quand l’amour même en vomit
Dis-moi, entends-tu les anges?

(c) Emilie BERD 23/05/2017

CREPUSCULES

Cassés, sans illusion, les faisceaux s’abaissent…
Tombent les rideaux, d’une pesanteur docile.
Le ciel sous perfusion signe sa détresse
Montent les flambeaux, à la lueur fragile.

Les larmes asséchées par l’éclat du jour
Laissent des traces salées d’eaux  et d’ennui.
Du réglisse effilé s’enroule tout autour,
Garde l’audace prisonnière de sa nuit.

L’horizon se perd dans les ombres anthracite
Mime le soleil de ses fumées orange.
Les nues et les couleurs des draps qui le quittent
Tisseront au réveil un puissant mélange.

Entrée par effraction, violant les persiennes,
Soulève les arceaux, et la splendeur luit !
Cernant sans condition la Terre qui est sienne
Fond l’or sur la peau. Et la lumière fuit !

©Emilie BERD 10/05/2017

LA CHAINE ET LE RÉSEAU

La chaîne un jour dit au réseau :
« Vous avez bien sujet d’accuser la conjoncture
Une élection pour vous est un lourd fardeau
Le moindre fake qui d’aventure
Se glisse, même pataud,
Fait tourner toutes les têtes :
Cependant que mon écran, à la stase pareil,
Non content de suspendre les esprits en éveil
Les laisse plats comme une carpette.
Tout vous est tourbillon, tout m’est soupir
Encor si vous naissiez à l’abri des commérages
Vous n’auriez pas tant à médire :
Loin de tout ce qu’on propage.
Mais vous naissez le plus souvent
De ouï-dire et de stupides cancans.
La méthode envers vous me semble bien injuste.

Votre compassion, alors que vous vous tapez l’incruste,
N’est pas sincère ! Quittez ce raccourci.
La rumeur m’est moins qu’à vous redoutable
Je tisse, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Contre ces bruits épouvantables
Résisté à tous les assauts
Mais attendons la fin. » Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt une furie
Le plus terrible des enfants
Que la maison eût abrités jusque là et pour longtemps.
D’un geste las, la chaîne éteignit,
Saisit la tablette sans effort
Et fait si bien qu’il chemine
Sur celui dont la lumière bleu fascine
Et dont les racines n’ont ni fond ni bord.

©Emilie BERD 05/05/17 avec l’aimable collaboration de Jean de La Fontaine 😀

Voici l’original

LE CHÊNE ET LE ROSEAU

Le Chêne un jour dit au Roseau :
« Vous avez bien sujet d’accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d’aventure
Fait rider la face de l’eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d’arrêter les rayons du soleil,
Brave l’effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l’abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n’auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l’orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.

Votre compassion, lui répondit l’Arbuste,
Part d’un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. « Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L’Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu’il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts.

Jean de La Fontaine