UN ECRIVAIN DU DIABLE ! (3 et fin)

Le lendemain, à la fin de son jogging quotidien, il reçut une alerte sur son smartphone. Le chroniqueur Xavier Nolan avait été retrouvé mort, à l’aube, dans son loft parisien. Les articles relataient une mort subite, bien que des éléments curieux, à son domicile, interrogent les journalistes…Tous les sites d’information titraient sur ce décès énigmatique…Enigmatique… « Tout ce qu’ils ne comprennent pas est énigmatique » se dit Pierre.
Il n’était pas du genre à se réjouir de la disparition de quelqu’un. Même si ce quelqu’un lui avait fait du tort, même si ce quelqu’un avait pris plaisir à le descendre médiatiquement pour un peu d’audience… La nausée, au contraire, le secouait face à cet évènement tragique, qui jeta l’interview désastreuse aux oubliettes, par une coïncidence ironique.

L’humiliation publique évitée, il ne lui en restait pas moins un pesant embarras qui paralysait sa plume.
Une phrase revenait sans cesse, pendant ses nuits sans sommeil…Une phrase qui lui cognait dans le crâne comme on frappe avec un heurtoir contre une porte lourde…L’écho d’un sort jeté pour le purger de ce paradoxe vital, ce besoin inhumain qui lève les vivants et enterre les morts. Cette phrase, elle venait cramer l’essence des promesses, et racler les puits du désir…
Au crépuscule du soir ou du matin, à l’heure du crime ou de la sérénité, ce refrain lancinant vandalisait sa raison… Ces notes dingues, dans sa conscience, allumaient un feu macabre, autour duquel ses pensées tournaient en orbite…Il ne pouvait plus fermer l’œil.
« Aucun éditeur, aucun chroniqueur, aucun style ne te résistera. » D’où venait cette parole ? Qui l’avait prononcée ? La brume qui enveloppait cette soirée diabolique se dissipait au fur et à mesure de la multiplication des insomnies…Et si c’était vrai? Etait-il possible, rien qu’un peu, que cette discussion avec ce César ait eu lieu ? Etait-il possible que la mort de Xavier Nolan fut un assassinat dont il était le complice ? Avait-il vendu son âme au diable ?

Pierre n’osait imaginer une réponse affirmative, car, même l’esprit intoxiqué, il ne se figurait pas capable d’un tel acte…
Assommé par sa douleur, effrayé par les supplices infernaux, il s’ébrouait dans ce tribunal impitoyable, où le jugement dernier rendait une sentence terrible et sans appel.
Puis les nuits grignotèrent le jour, mettant peu à peu fin à l’alternance salutaire de l’ombre et de la lumière. Et il finit par ne plus mettre un pied dehors…

C’était les voisins de la rue des Cordonniers, les époux Mathews, des retraités anglais très affables au demeurant, qui avaient contacté les pompiers. Ces derniers avaient trouvé Pierre étendu sur le sol, au milieu du couloir qui reliait le salon à la salle à manger. Les murs intérieurs de la maison étaient couverts de mots dessinés au feutre rouge, parce que, expliquera t-il plus tard, il lui était impossible d’arrêter d’écrire…
Pierre fut interné quelques mois à l’Hôpital Saint Charles. Le psychiatre lui avait expliqué qu’il souffrait d’un « syndrome de dissociation de la personnalité, probablement causé par son succès sans précédent » que « la guérison était conditionnée par une prise rigoureuse de son traitement. » Et non sans lui avoir préalablement demandé une dédicace de son roman, il lui fit promettre de se reposer…Pierre avait surtout compris, lorsqu’il fut enfin en état de comprendre, que s’il voulait sortir de cet hôpital, il ne devait plus parler de lutin rouge, de César ni d’obscures transactions…Le repos, il le souhaitait aussi. Mais à défaut du repos céleste qu’il ne connaitrait jamais, il aspirait à un répit terrestre…Et ce n’était pas dans sa maison du bord de mer qu’il le trouverait…Cette maison, il y avait peu vécu et il savait à ses dépens que ce n’était qu’un endroit de passage, une transition…

Les badauds qui l’observaient sur la plage avaient disparu…De toute façon, il ne courait plus ! Madame Mathews lui avait ramené un tas de papiers. Pendant l’hospitalisation de Pierre, elle enlevait le courrier qui dépassait de sa boite aux lettres car, disait-elle, « Une boite aux lettres pleine attire les cambrioleurs ». Pierre la remercia pour sa prévenance.
Il l’enviait, cette petite dame toute menue, toute jolie dans son bermuda gris et son T-shirt rose…Il voyait bien en la regardant que la chaleur de la vie s’évaporait. Ses cheveux étaient de la couleur des eaux glaciaires des hauts sommets, d’un éclat si pur que le soleil y animait des reflets jaunes et bleus luminescents. Ses paupières clignaient souvent, luttaient contre le vent et les poussières qui leur rappelaient qu’il faudrait bientôt se fermer…

Il aurait aimé être à sa place…Eprouver cette ineffable attente mêlée de crainte et de regrets. « Heureux les pauvres d’esprit, se dit-il en riant, car le temps compte pour eux ! »…Pour lui, il n’était rien d’autre qu’une formalité à accomplir avant sa condamnation.
« – Le diable est-il déjà venu vous voir, Madame Mathews ?
Pardon ?
– Le diable ? Vous savez ? Est-ce qu’il est déjà venu vous rendre visite ?
– Il faut…Il faut vraiment que je parte.
»
Lui aussi, il fallait qu’il s’en aille, vite !

Les murs de sa villa repeints, il la vendit sans difficulté. Et pour s’abriter, il habitait désormais un chalet dans les Alpes. Les massifs saupoudrés déglaçaient ses angoisses. Là il apprenait à apprivoiser sa solitude, à discerner ses arômes subtils. Elle était son allié, sa compagne aimante… Elle avait toujours été présente, ostensible ou discrète. Il la flattait à travers les chemins escarpés de montagnes, lui dédiait des poèmes, des recueils entiers. Car il continuait à écrire. Il ne s’en privait pas. A quoi bon chasser les démons, ils reviendraient en nombre et au galop !
Mais voilà, les nouvelles bucoliques, les romans d’amour, les polars, il en était lassé. « La laisse est tendue, pensa t-il, pourquoi ne pas essayer de s’amuser ? » et il se laissa tenter par les histoires drôles ! Comme toujours, la tâche lui parut aisée. Il en publia quelques unes dans une revue du coin. Puis les éditeurs le sollicitèrent régulièrement !

Evidemment, elles plaisaient. Elles plaisaient tant… C’était pourtant couru d’avance, au prix que lui coûtait ce talent ! Du haut des cimes, il atteignait un public large, voire inattendu, puisque dans la fosse de l’Enfer, le Malin ne s’ennuyait plus ! Des bruits couraient dans la galerie des tortures qu’il ne pouvait plus se passer de Pierre et de ses lectures, au point de lui avoir promis l’immortalité pour divertir son éternité. Ses sbires en avaient des sueurs froides. Que pouvaient-ils tirer de ce Diable ? Mais pour lui, tout ça n’importait plus, il lisait désormais les histoires de Pierre et en serait mort de rire, s’il avait pu !

©Emilie BERD 12/05/2016

UN ECRIVAIN DU DIABLE !(2)

Lorsqu’il se réveilla, vers midi, Pierre convint qu’il en tenait une bonne !

Pour des raisons dont le secret était encore noyé dans ses veines gonflées, la seule vue de la bouteille de whisky le dégouta. Il ne put réprimer un spasme. C’était un signal ferme, un ordre clair ! Sans attendre la réplique, il se précipita aux toilettes. Quelques bribes de sa conversation avec César lui revinrent en traversant le couloir, mais il devait en priorité se pencher sur autre chose que sur ces visions éméchées.

Une fois l’étape brutale du lavage d’estomac terminée, il s’assit sur le carrelage pour essayer de se souvenir…Rien de ce qui lui revenait en mémoire ne pouvait être réel…
Il se sentait mieux. Il se leva sans chanceler, sûr de ses pas. Et plutôt que sa rasade d’alcool matinale, il avala un café noir.

Son regard flottait dans la cuisine, mi-endormi mi-ahuri, essayant à la fois de se rappeler ce qui s’était passé et d’oublier ce qui lui en restait. Dans le bac de l’imprimante, gisaient les feuilles imprimées la veille ! Il les ramassa et sans les lire, mit le paquet à la poubelle.
Pierre sentit un grondement sourd monter en lui, une sorte d’impatience, une effervescence. Il s’agita nerveusement devant son PC comme un chien fou tournerait autour de son panier sans le reconnaître. Enfin, il s’installa, prit une grande inspiration et se mit à écrire, à écrire sans fin mais à écrire si fin ! Au rythme de ses doigts s’élevait, de son clavier, une musique fluide et magique de celle que les mains habiles du pianiste virtuose répandent dans le corps des mélomanes jusqu’au vertige. De l’encre noire, il habillait les pages nues. Il figeait sans faillir les murmures sournois de ses personnages, les dédales de leurs sentiments vertueux, et sa propre espérance…. Le temps n’existait pas, la soif non plus.

C’est à partir de ce moment-là que tout s’accéléra ! A l’envoi de son manuscrit, les maisons d’édition ne cessèrent de le harceler pour obtenir le contrat ! Lui qui avait oublié jusqu’à la sonnerie de son téléphone, calfeutré dans son isolement où seuls les borborygmes internes et ses marmonnements d’ivrogne troublaient le silence, il fut d’abord gêné par cette attention nouvelle. Et puis, il s’était rapidement habitué ! Il recevait des cadeaux et des fleurs de ses courtisans qui voyaient en lui un auteur à succès.
Le livre, enfin publié, fut reçu avec un engouement phénoménal. Quelques semaines après sa sortie, il fut édité en cinq langues et on parlait de l’étudier au lycée dès la rentrée.
Devant cette ascension inédite, Pierre dut changer de vie ! Il quitta son travail, il emménagea au bord de la mer, s’offrit une voiture de course et tous les gadgets à la mode. Il connut une femme, puis une autre…

Il faisait même du sport ! Ses admirateurs pouvaient le voir traverser chaque matin, en courant, l’unique rue, la rue des Cordonniers, qui séparait sa maison de la mer pour rejoindre la côte et longer la plage à pleine foulée.
De loin, il sentait les autres le flairer et le reconnaître…Il aimait ça ! Il avait peur parfois de se faire dévorer, et pensait sérieusement à engager un garde du corps mais, malgré tout, il appréciait cette notoriété.

Pierre était l’invité que toutes les émissions, littéraires ou non, s’arrachaient. Cela avait l’air si simple ! Comment n’avait-il pas franchi les barrières de l’édition plus tôt ? C’est justement en répondant à cette question, posée par un chroniqueur du dimanche, Xavier Nolan, que Pierre commit une erreur.
« – Je ne sais pas ! Une rencontre peut-être…Une sorte d’illumination…
– Vous communiquez peu sur votre manière d’écrire. Aujourd’hui, j’aimerais en savoir plus ! Comment travaillez-vous ? Quelles sont vos influences ? Cette histoire d’amour que vous racontez dans votre livre, l’avez-vous vécue? Mais surtout, s’agit-il vraiment de votre premier roman, car j’ai tout de même du mal à croire que l’on se réveille un matin écrivain de best-seller !
– Pourtant…Je ne dis pas qu’écrire est facile ! En général, cela demande temps et travail.
– En général ? Vous ne vous comptez pas parmi les généralités ? Vous êtes hors norme !
– La réussite de mon roman tend à le démontrer !  Bon, je ne peux pas vous en vouloir ! Tout bien considéré, que connaissez-vous de l’écriture ?
– Nous ne sommes pas là pour parler de moi, mais j’ai tout de même…
– Je vous parle d’écriture, de littérature, pas de vos bouquins ridicules !
»
A ce moment, devant le sourire narquois du chroniqueur, il comprit qu’il avait perdu, que son arrogance faisait déjà le tour des réseaux sociaux et que l’épisode allait bientôt être relayé par les journaux à sensation. Son essor s’achèverait en même temps que l’émission… Il essaya de trouver une parade, une personne parmi ses nouvelles connaissances qui aurait pu l’aider… Mais il était trop tard. Personne ne pouvait plus rien pour lui !

Lorsqu’il fut rentré, seul, il pensa au réconfort qu’il aurait pu trouver dans une bonne bouteille… Un haut-le-cœur violent l’en dissuada. Il but un grand verre d’eau et veilla en ressassant l’exercice raté.

©Emilie BERD 12/05/2016

UN ECRIVAIN DU DIABLE ! (1)

Pierre jeta un coup d’œil à sa montre : il était plus d’une heure passée. La lune était belle et dorée comme une viennoiserie qui aurait fait saliver des gamins du mauvais côté de la vitrine. L’air frais de la nuit rentrait dans l’appartement par la fenêtre de la cuisine restée grande ouverte. Il n’avait pas faim. Il n’avait pas froid. Enfin, il avait réussi !
L’imprimante vomissait le dernier chapitre de son manuscrit, dans un gargouillis métallique à faire fuir les chats de gouttière du quartier ! Six-cent-soixante-six pages ! Il n’en revenait pas ! Pierre savait bien ce que ce roman valait, il ne se faisait pas d’illusion. L’intrigue était pauvre, les personnages n’avaient pour profondeur que leur mise en terre préméditée…Une sorte de roman policier…Du moins c’est ainsi qu’il le voyait !
Il avait mis un point d’honneur à terminer cette histoire, même si, au final, elle ne le mènerait nulle part !

Il ferma la fenêtre, sortit de la cuisine et se dirigea vers la petite armoire, au fond du salon, qui tenait lieu de bar. Il n’y avait pas grand-chose à l’intérieur : une bouteille de whisky aux trois-quarts vide, deux autres pleines, bien rangées derrière elle, et un verre à soda. Il saisit la première bouteille, la jaugea en fronçant les sourcils, versa son contenu dans le grand verre et se laissa tomber sur le fauteuil…
Il commença à boire. Il admirait béatement la rapidité avec laquelle le whisky descendait, car il ne lui restait déjà plus beaucoup d’espoir au fond de ce verre… Il l’effleurait avec nostalgie. Il lui rappelait celui dans lequel sa grand-mère servait le sirop d’orgeat, lorsque, enfant, il jouait au ballon avec ses camarades. Ils s’asseyaient sur les marches en pierre, à l’ombre du seul arbre du jardin, et buvaient à grandes lampées cette bénédiction sucrée qui électrisait la langue et reléguait les rancœurs du jeu aux souvenirs d’une belle partie entre copains.
Maintenant, il ne jouait plus à la balle. Ses genoux supportaient à peine l’épreuve des escaliers pour monter jusqu’à son appartement. Plus personne ne venait le voir…
Avant, dans son petit placard, il y avait des flûtes à champagne et un service à thé pour les soirées entre amis. Avant, il y avait des rires de femme aussi…
Il était curieux de savoir à quel moment il aurait enfin ce courage, quand il déciderait de faire le grand saut… Quel stade d’humiliation, de désaffectation de lui-même devait-il atteindre ? Il avait bien plus de résistance que ce que les gens pensaient…
« Bah, l’Enfer, c’est les autres », répéta t-il plusieurs fois et en avalant son quatrième verre, il envoya tout ça au diable ! Quand un coup de vent violent rouvrit la fenêtre de la cuisine…

En s’approchant pour la refermer, il vit un petit bonhomme rouge qui le fixait du regard !
« Faut vraiment que j’écoute le toubib et que j’arrête de picoler ! », dit-il à voix haute.
Son régime quotidien l’avait habitué à ce type d’hallucinations, mais cette rencontre fut pour le moins étonnante !
 «     – Bonsoir, Pierre ! »
L’intrus ne manquait pas de politesse, qualité qui n’était point partagée par son hôte involontaire.
   « – Qu’est-ce que tu fous là ? Et comment tu connais mon nom ?
– Je suis le Malin. Je sais tout, c’est connu ! Je viens te proposer un marché !
– Le Malin ?
– Oui, le Malin ! Tu n’as jamais entendu parler de moi ?
– …
– Le Diable, Lucifer, Belzebuth, quoi ! »
Pierre éclata de rire !
« – Toi !? Si petit machin, le Malin ?  
– Effectivement, on me le dit souvent ! Mais, cela a certains avantages !
– Ah…Lesquels ?!
– Cela me permet de passer inaperçu ! Je garde, disons…un effet de surprise !
Je veux bien le croire ! Bon ! Tu m’as l’air sympa. On rigole bien tous les deux, mais tu comprends, je suis complètement bourré…Ce qui, pour autant que je sache explique ta présence ici! J’ai envie de me pieuter en rêvant au prochain godet que je vais me jeter ! »

Il claqua la vitre au nez du minuscule visiteur et risqua un coup d’œil…Machin était parti. Il alla dans sa chambre, et s’allongea au milieu des draps froissés. Son lit ressemblait à un champ de bataille, un champ où se livraient des luttes cruellement solitaires, un lit que l’on ne faisait plus…

Au bout de dix minutes, un besoin impérieux le força à se lever et, dans le couloir, il faillit écraser le lutin rouge !
« – Encore toi ?!
– Je t’ai dit : je viens te proposer un marché !
– Du genre ?
– Le genre de proposition que tu ne pourras pas refuser ! Une proposition qui peut changer toute une vie et plus encore !
– Le genre de proposition que je ne pourrais pas refuser ? C’est une réplique célèbre du film « Le Parrain », tu connais ?
– Plutôt oui ! Je lis beaucoup et je suis cinéphile à mes heures, qui sont de moins en moins perdues et que je ne compte plus, par ailleurs. J’ai une nette préférence pour les films drôles…Les histoires comiques…Je le confesse, j’ai une sainte horreur de la violence !
– Cela doit être difficile avec ton boulot…
– Tu ne crois pas si bien dire ! Avec toute cette pression…J’ai songé partir, un jour…Je n’en pouvais plus…Le burn-out, tu vois…Mais le monde a besoin de moi, c’est indéniable…Comment l’imaginer en mon absence, alors que pendant tous ces siècles, j’ai su me rendre indispensable…Il y a les bons et les mauvais côtés dont je dois m’accommoder…Et tu me vois mettre une petite annonce dans le journal pour mon remplacement ? C’est ma croix, tu comprends…
– Bon, écoute, Machin !
– Appelle-moi par mon prénom !
– Et comment dois-je t’appeler ? A ma connaissance, tu es celui qui est le plus nommé dans sa catégorie. Il y en a dont on n’ose à peine prononcer le nom, alors que pour toi, on ne sait lequel choisir !
– Appelle-moi César. »

Pierre applaudit.

« – César ! Très bien, César, écoute-moi ! Retourne d’où tu viens ! Ce soir, ça ne le fait      pas ! Je sais pas, moi, reviens demain ? Hein !? Demain matin ! On s’boit un canon à la fraîche ! Pas trop tôt, vers 11h00 !»

Il essaya de regagner sa chambre.

« – Je peux faire de toi un homme riche et célèbre ! »

Pierre s’arrêta net !

« – Tu m’as pris pour une starlette !? Et en échange de quoi ? Sérieusement ? Et puis, excuse-moi d’être franc, mais j’me sens pas très fier, à cet instant précis ! J’suis tellement raté que c’est un gnome qui vient négocier mon âme !
– Je t’offre le talent, le succès et la sobriété!
– Attends, ce serait pas mieux la prospérité en troisième ?
– Si tu veux, mais il faut bien commencer par quelque chose, non ? Je te promets ceci : aucun éditeur, aucun chroniqueur, aucun style ne te résistera.
– J’suis pas dans le meilleur état pour prendre une décision importante…
– Talent, Succès et Prospérité.
– J’ sais pas trop, tu m’prends de court…
– Talent, Succès et Prospérité.
– Et comment tu la récupères mon âme ? Je te signe un papier et tu me zigouilles dès que je sors de chez moi, c’est ça ? »

Ce fut au tour du lutin d’éclater de rire !

« – Un papier ! Quel papier ? Pourquoi ne pas le graver dans du marbre tant qu’on y est ! Ces paperasseries, ces contraintes matérielles, ce n’est bon que pour vous autres mortels, prompts à oublier les promesses faites la veille pour peu que l’omission vous arrange ! Entre personnes de bonne compagnie, ce n’est pas nécessaire…Cela reste entre toi et moi, rien qu’entre toi et moi…La parole sincère, sans intention bonne ni mauvaise, suffit…Et s’agissant des modalités de l’extraction, elle ne s’exerce qu’après mort naturelle ou accidentelle mais attention, il y a tout de même une réserve, le suicide est inclus !
– Mort naturelle…
– Exactement ! Je ne toucherai pas à un seul de tes cheveux ! »

Pierre passa instinctivement la main sur sa tête.

– La sobriété, ce serait pas mal, alors ?
– C’est à toi de voir ! Il ne faut pas non plus changer les habitudes trop brutalement…
– Et une fois que tu as mon âme, qu’est-ce qu’il lui arrive !
– Pas de salut ! Tu resteras près de moi jusqu’à la fin des temps…
– Près de toi jusqu’à la fin des temps…C’est pas rien, tout de même !
– Je ne vais pas te mentir, ce n’est pas mon genre ! Je suis pressé ! J’ai, comme vous dites,  quelque chose sur le feu. Est-ce vraiment utile de faire un résumé de ta situation ? Soit, si tu y tiens ! Regarde-toi ! Tu n’es rien ! Des amis ? Non ! Des femmes ? Même pas une ! Au bureau ? Tout le monde se fout de toi et dans dix-huit mois tout au plus, tu craches ton foie !
– C’est sûr que vu comme ça…dix-huit mois ?
-Je t’assure…J’ai consulté le registre avant de venir ! C’est pour ça que je suis devant toi…dix-huit mois, c’est vache, je trouve !
-Tu es venu pour me sauver la vie…
– Et garde en mémoire que même si aujourd’hui tu poursuis ton existence minable, rapide certes mais minable, peut-être me rejoindras-tu malgré tout…
-Comment ça ?
-Quelles bonnes actions, quels dons as-tu fait ici bas pour te garantir une place là-haut ?
-…
– Donc, hésite…Je t’en prierai presque, parce que si tu refuses mon offre, dans peu de temps, tu seras à moi…Gratuitement…
– Mais y a pas un endroit là, entre les deux?!
 – Le purgatoire !? Tu plaisantes ! Ils sont débordés ! Aucun dossier à jour ! Alors dès qu’ils peuvent m’en envoyer un…Et puis, on s’entend bien toi et moi ! Je t’offrirai une place de choix !
-Talent, Succès et Prospérité…
-Voilà ! Mort naturelle ou accidentelle garantie !
-Sobriété ?
-Et sobriété ! Parce que c’est toi et qu’il faut vraiment que j’y aille !
– C’est fait !
– Marché conclu !»

Dans un souffle, les murs du couloir s’enflammèrent. Un être géant aux yeux injectés de sang se dressa en vociférant « Amuse toi bien et je viendrai te chercher ! ». D’un coup il disparut !

©Emilie BERD 12/05/2016

Et c’est reparti (enfin presque…)

Me revoilà!

Bon, vacances scolaires obligent, et bloguer, écrire ne sera pas une mince affaire!

Pour preuve: A peine assise devant l’écran, Mambo 3 est venue me harceler « Je peux écrire quelque chose moi  aussi ? » Mignon tout plein, mais pas pratique! Disons que l’espoir fait vivre ou que je vis d’espoir. Peu importe! Après tout, advienne que pourra!J’espère tout de même pouvoir participer à l’Agenda Ironique chez Grumots, entre deux batailles d’eau (parce que trois, bonjour les dégâts!) et quelques parties de boules de pétanques

Bref, je vous propose pendant que je planifie mon évasion une nouvelle en trois épisodes, nouvelle que j’avais écrite pour un concours et qui n’a pas séduit.

Ce n’est pas tout, il est temps que j’aille nourrir les fauves, sinon ce sont eux qui me dévoreront!!!

 

PAUSE A DUREE INDETERMINEE

Pas d’inquiétude! Rien de grave dans cette pause! Je vous épargnerai mes états d’âmes en résumant le tout ainsi : difficulté et lassitude d’ écrire… Mais pas à vous lire!

A très bientôt,

Emilie

C’était jadis, faubourg des Illusions Perdues, dans les jardins des Dames. Tu te souviens?

Ce mois-ci, c’est Anne de Louvain-la-Neuve qui tient l’Agenda Ironique. Ainsi, elle nous avait proposé plusieurs contraintes

1/ un titre imposé : « C’était à … faubourg de… dans les jardins de ou d’…. ».

2/ Deux illustrations dont nous devions nous inspirer. Je me suis spécialement arrêtée sur celle-ci. (Anne n’ayant pas manqué d’indiquer pour l’introduction de cette consigne : »Ces illustrations vous aideront ( ?) peu ou prou.« , je vous informe tout de suite que j’ai choisi le « peu« !)

numc3a9risation0020

3/ Et enfin (jamais deux sans trois, comme on dit) les mots suivants étaient imposés : cannibale, fourbir, niquedouille, praliné, rentable, sautiller, tellurique.

Voici donc ma participation in extremis!

C’était jadis, faubourg des Illusions Perdues, dans les jardins des Dames. Tu te souviens?

« – C’était jadis, faubourg des Illusions Perdues, dans les jardins des Dames. Nos images en noir et blanc réjouissaient petits et grands…Tu te souviens ?

– C’est si loin… Les couleurs, à présent, ont gagné cette guerre. Puis le numérique, la TNT…Une fulgurance explosive à laquelle nous n’avons pas échappé !

– Les couleurs sont les flambeaux qui nous ont offert un triomphe, ne l’oublie pas. Des contrastes de plus en plus nuancés se font désormais sous la pulpe de leurs doigts…Comment dire non au progrès ?

– Un triomphe ! Reléguées dans une grange, comme des antiquités !
Comme si on nous avait laissé le choix, en plus ! Le temps semblait maussade, c’est vrai…Mais il ne laissait pourtant pas notre moral sur le carreau…
Au fond, je ne sais pas si cela change grand chose… Les téléspectateurs s’offusquent toujours des amours cannibales de la mante religieuse. Ils pleurent devant les adieux inondés des amoureux en transit…Ils s’effraient des actualités qui se suivent et se ressemblent…Et la météo…

– Certes, les nœuds des foulards chics se délient comme avant, laissant paraître des mèches dorées, pralinées ou foncées de cheveux volant, mais fourbies avec le vent. Il y a tout de même une grande différence, je trouve…Les paillettes brillent, le soleil éblouie…

– Ouai ! Peut-être ! Mais tout ce qui brille n’est pas d’or !  Les fenêtres n’étaient qu’un point de vue supplémentaire, l’écran n’était que le créneau pour observer sans être vu. Maintenant, les fenêtres s’ouvrent vite et grand…L’intérieur et l’extérieur se confondent. L’intime est jeté à la face du monde. Alors que le nombre de canaux multiplie les chaînes à leurs chevilles, les fortifications et les murs sont tombés, transformant la courbe tellurique en une simple virgule…

– Tablettes, smart-phones…Nos rejetons l’ont conquise cette virgule !

– Au prix de quelles concessions, de quelles alliances !!! Admettons que nous étions les premiers à leur donner ce pouvoir. Alors, dis-moi ! Ne sommes-nous pas responsables ? Nous les protégions pourtant, dans notre paysage noir et blanc ! Sans le rouge du sang, sans le vert des armées ! Et nous les mettions à l’abri des bruits mystérieux.

– Voilà, tu te remets à parler du cinéma muet ! Tu nous fais une réminiscence…

– Non, ce n’est qu’une analogie !

– Les enfants sont montés pour visionner  « Robin des Bois » en VHS ! Je ne suis pas aveugle ! Impossible à rater : l’image était désastreuse et le son… Mais ils s’en foutent, eux, de la couleur et du reste! Ici, ils sont heureux ! Et ils peuvent sautiller et grignoter tant qu’ils veulent sur le vieux canapé ! Ils nous ont épuisées ! On a veillé tard …Quelle heure est-il ?

– Il est 2 heures et tout va bien !!

– Tu vois ! Une réminiscence !! Tu te prends pour Niquedouille ! Débranche, enfin !

– Plus ça va, plus je me souviens de tout ce qui passe ! Ce n’est pas bon signe !
Je ne suis même plus bonne pour le recyclage !!!

– Mais si, mais si ! Et puis, Il nous vendra peut-être !

– Ma mémoire est cahoteuse et mon tube n’est plus à la mode, mais je suis certaine d’une chose, nous ne sommes plus du tout rentables, ma chère ! Le recyclage, c’est bien…

– Tu parles d’un programme ! Finir en pièces détachées !

– Pour un beau voyage…Pour changer de vie…

– On pourrait peut-être envisager un coming out…Leur faire comprendre…

– A qui donc?

– Aux hommes!

– Et ne plus pouvoir rêver ?

– Dire qu’ils inventent une Intelligence Artificielle !!

– Ne te moque pas ! Ils ne savent pas…Après tout, ce n’est pas plus mal qu’ils en inventent une d’intelligence…Ils en ont cruellement besoin ! »

 

©Emilie BERD 24/06/2016

ORAGE (2)

Le vent éloigne les gens qui s’aiment et, ce soir, c’est ça qui fait tant de bruit.
Je comprends que tu aies peur des éclairs, du tonnerre et de la pluie.
Pourtant, il ne s’agit que de retrouvailles émues de nuées éprises qui s’étaient perdues.

La terre semble immense, mais elle est ronde et si petite que ce sont toujours les mêmes nuages qui gravitent dans le bleu de son ciel et dans ses nuits sombres, qui se font bateaux et visages pour t’offrir de l’ombre…

A tourner ainsi dans cette cage sans grillage, les nuages ne sont ni abeille ni oiseau, ils sont une horde de chevaux sauvages parquée dans un minuscule enclos.
Et depuis longtemps on raconte que, pour qu’ils ne broient pas du noir, pour que jamais la folie ne les dompte, la nature leur a ôté la mémoire.

Imagine, alors, si parmi ces moutons vaporeux, certains par hasard tombent amoureux.
Encore un, puis deux et un autre tour. Au premier déjà, ils ont oublié leur amour !
Ils ne se repèrent pas, étourdis par les flux…Ils ne souffrent pas puisqu’ils ne se reconnaissent plus !

Ce qui t’effraie maintenant et remplit d’eau tes beaux yeux c’est que le souvenir vraiment est un élément capricieux.
Ne cherche ni le pourquoi, ni le comment de cette affaire, mais certains se retrouvent, chahutés par des courants contraires.

De tels rencontres soufflent le chaud et le froid, quand l’un plus fébrile insiste auprès de l’autre glacial « Mais, tu ne vois donc rien ! C’est bien moi ! » C’est là que naît le moment crucial… Le coup de foudre, l’instant magique, ils se disputent, se grondent…
L’ambiance est électrique :

« – Sans moi, tu as couru le monde ! 
-Mais je n’avais pas le choix ! »

Les échanges se font de vives voix…Et enfin, de s’aimer à nouveau, ils pleurent tout deux de joie.

©Emilie BERD 10/06/2016

 

LE MICROSCOPE

Au centre du laboratoire froid et blanc, trônait un microscope. Devant lui, le dos des hommes se courbait, leurs yeux s’écarquillaient et tous les jours, sans sourciller, il leur ouvrait les portes de son royaume.

Mais, à regarder les choses d’un peu plus près, il avait tendance à tout prendre de haut ! Personne ne restait indifférent, lorsqu’on se penchait sur lui. Il avait toutefois du mal à comprendre les réactions qu’il provoquait, puisque, même sans effort, ses effets étaient énormes !
Au départ, il avait accueilli les soupirs et les cris de joie, avec humilité. Puis, les contacts augmentant, son orgueil grossissait à vue d’œil !

« – Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois, avait-il dit un jour à son condenseur. C’est absurde, ils transforment des cas si simples en phénomènes abscons.
Vexe-toi et on finira à la cave, l’avait prévenu son ami de toujours, Prends garde de ne pas te perdre en considérations existentielles ! »
Ai-je une seule fois manqué à l’appel ? Ai-je déjà loupé quelque chose ? Pourquoi ne pourrai-je pas regarder vers le ciel ? »

Car,  il voyait grand, ce microscope. Il avait souvent la tête dans les nuages…S’y télescopaient le soleil, la voie lactée, le cosmos… Il voulait les voir, les apprendre, les découvrir…

Un jour, il convoqua son monde, des Pinces jusqu’aux Valets, pour trouver une issue et sortir enfin de ces cellules. Pourtant, malgré une mobilisation bien affirmée et une analyse à toute épreuve, aucune suggestion ne permettait la résolution de ce problème.
Le diaphragme s’était essoufflé dans un discours alambiqué, qui ne se termina que grâce à une mise au point musclée. Il se tut non sans avoir menacé l’assistance « Vous ne manquez pas d’air ! Je me plaindrai ! J’ai des témoins oculaires ! ».
La platine, complètement butée, répéta le même refrain pendant toute la séance, exaspérant la crémaillère qui faisait savoir à qui voulait l’entendre qu’elle était « à ça de se pendre » ! L’ampoule elle-même n’avait pas tellement brillé…
La conclusion était limpide, il n’arriverait à rien sans préparation !

Le lendemain, il partait, lui et sa cour, pour la révision annuelle… Au programme, nettoyage, réglage et surtout, détente à l’abri des regards… Il l’avait bien mérité. Il verrait bien à son retour… « Le ciel peut attendre », se dit-il

Pourtant, lorsqu’il s’aperçut que son retour s’était fait non pas dans son laboratoire mais dans une autre salle, le microscope était très remonté ! « Remplacé !!! Ils m’ont remplacé !! » Lui qui se pensait indéboulonnable… « La révolution numérique  a eu raison de nous» risqua une des molettes… « Il faut dire que c’est fou toutes les données que l’on peut mettre dans de si petites cartes ! » réalisa l’objectif. « Ils en ont pris un avec écran, c’est sûr ! Toujours le nez collé aux écrans ! Ils le regretteront… », prédit la tourelle !

La nouvelle pièce dans laquelle il se trouvait était pour lui inattendue…Du jamais vu ! C’était une salle, remplie de bureaux. Il y avait une quinzaine, ni trop grands ni trop petits. Face à chaque bureau, pouvaient venir se glisser deux chaises. Y flottait un parfum doux, une odeur de bonbons à la fraise et de feutres aux bouchons égarés. Les murs, d’un vert pâle, étaient décorés d’une frise historique, d’une photographie d’une feuille de fougère, de tables de multiplication…

Il était donc dans une école… La maîtresse l’avait placé en hauteur, hors d’atteinte des mains collantes. Il voulait lui dire qu’il appréciait l’attention, qu’il serait bien mieux en bas sur une table…Qu’allait-il donc faire, ici, seul et sans même une housse pour le protéger? Mais qui écoute l’avis d’un microscope…
Alors, le temps a passé. Il est resté là, sur son étagère, à ramasser la poussière et à s’en contenter.

Car, la nuit, lorsque tout était calme, que les enfants étaient chez eux, et que le gardien avait bien éteint les néons, il sentait la chaleur de la lune à travers les grandes fenêtres. Et le jour, lorsque la classe recommençait, que les enfants chahutaient, et que la maîtresse racontait l’Histoire, le calcul ou le système solaire, le microscope voyait enfin les étoiles…

©Emilie BERD 03/06/2016

 

Les jeudis poésie chez Asphodèle

image

ORAGE

Sans cesse, souffle le vent. Il appelle dans la nuit.
Il se sent si seul tant il a peur du noir.
Ses tristes hurlements sont fauchés par la pluie.
Il esquisse, errant, les contours d’un grand soir.

Intelligence et paradis ne sont qu’artifices,
Prières peu hardies pour apaiser le ciel.
Là, la colère infinie, en orage, hérisse
L’antique esprit par une peur irréelle.

Claquent les volets ! Grondent les fenêtres !
Le chaos éclate jusqu’au fond de l’être !
Craque le toit ! Tremble tes petites mains !
Mais ne crains rien ! Il fera si beau demain.

©Emilie BERD 24 mai 2015